Archive

L’aneth : Une mine de vertus médicinales

Doctinews N° 26 Octobre 2010

Réputée pour son feuillage duveteux décoratif, l’aneth est une plante qui recèle de multiples propriétés médicinales. Ses feuilles et ses graines, en plus d’être appréciées dans des préparations culinaires très variées, peuvent également soulager de nombreux maux quotidiens.

Yasmina_ATTIA Yasmina ATTIA

Riche en sels minéraux, l’aneth peut remplacer le sel de table traditionnel dans un régime hyposodique.

C’est du bassin méditerranéen et d’Asie occidentale que nous vient l’aneth. Une plante qui appartient à la famille des apiacées et dont l’aspect rappelle celui du fenouil. De toute beauté, avec ses grandes ombelles, d’ailleurs très appréciées par les bourdons, abeilles et papillons en été, il se distingue par une odeur aromatique intense et rafraîchissante qui lui a valu le nom latin Anethum graveolens (graveolens veut dire à forte odeur).
La plante se compose de tiges creuses atteignant 90 centimètres de haut, de minuscules fleurs jaunes et de fruits ovales renfermant deux petites graines qui deviennent brunes à maturité. Ses feuilles d’un vert foncé sont filiformes et très découpées.
L’aneth, qui apprécie les expositions ensoleillées, est en principe cultivé dans un sol suffisamment humide et riche en nutriments, en association avec les oignons, l’ail, les carottes et les concombres.
Une fois que la plante atteint une hauteur d’environ 25 à 30 cm, elle est arrachée toute entière à la main. Pour la faire sécher, on la suspend en bottes et pour obtenir les graines, on laisse fleurir les ombelles que l’on secoue ensuite pour les faire tomber.

L’histoire nous apprend qu’au début du Moyen Âge, on utilisait une branche d’aneth comme talisman contre la sorcellerie. «Avec un petit bouquet d’aneth, tout le monde n’en fait qu’à ma tête», disait un vieux dicton. Mais en parallèle, il figurait également dans la pharmacopée chinoise et dans un traité médical égyptien datant de plus 5000 ans.

Plante du bien-être et de la santé
Également appelé faux anis, « fenouil bâtard », l’aneth est utilisé aussi bien pour ses fruits que pour ses feuilles. Il tire ses propriétés médicinales bénéfiques de leur composition, riches notamment en tanins, mucilages, matières résineuses, aleurone et huile essentielle renfermant de la carvone, de la myristicine et de l’apiol. Résultat, nombreuses sont les recherches scientifiques qui ont montré que cette huile s’opposait à la croissance de germes comme les lactobacilles, Escherichia coli et certaines levures.
Les fruits de l’aneth sont donc recommandés pour soulager les troubles digestifs, gastriques et intestinaux tels que les ballonnements, les coliques et l’hernie diaphragmatique. Diurétique, il soulage l’anxiété, la fatigue nerveuse et l’insomnie. Dans les vieux traités d’herboristerie, on retrouve l’aneth comme remède pour faire cesser le hoquet et fortifier les ongles.
Pour l’entretien de la dentition, cette plante nettoie en profondeur les dents et les gencives, enrayant ainsi la prolifération de bactéries responsables des infections de gencives et des caries. Aussi, il est conseillé aux gens qui sont aux prises avec des rages de dents de mâcher des feuilles d’Aneth afin de combattre la douleur.
Chez les tout-petits, l’aneth aide à retrouver l’appétit si ceux-ci en manquent à cause de rhumes répétitifs et s’avère efficace contre les crises d’acétone avec vomissements et les maux de ventre, tandis que chez les femmes enceintes et allaitantes, il favorise la montée de lait et les soulage en cas de nausée.
De ses graines et ses feuilles, on tire une huile essentielle employée en aromathérapie. Son apport demeure non négligeable dans la lutte contre les douleurs menstruelles et les problèmes hépatiques, ainsi que pour faire stopper les ronflements. Pour cela, il suffit de verser quelques gouttes d’huile essentielle d’Aneth sur un morceau de tissu déposé sur l’oreiller. Autre bienfait, cette même huile entre dans la composition de médicaments et de savons.
L’aneth qui peut être administré tantôt par voie interne, tantôt par voie externe, est contre-indiqué au cours de la grossesse. Son huile essentielle peut être toxique pour l’enfant à venir. De ce fait, les femmes enceintes doivent l’utiliser avec beaucoup de prudence et de circonspection. Par voie interne, l’Aneth doit être administré conformément aux prescriptions médicales (doses, fréquence de prises…).
Bien sûr, il doit aussi être conservé dans un milieu sec et frais, hors de portée des enfants.
En plus d’être comestible et de conférer aux plats un goût subtilement anisé et hautement frais, l’aneth est une plante championne des propriétés médicinales. Sur le fonctionnement intestinal, psychique et dentaire, ses actions positives sont prouvées.

Recettes médicinales

- Infusion (digestion, insomnie, anxiété)
Faire bouillir une tige complète d’aneth dans 1 tasse d’eau et laisser infuser quelques minutes. Retirer la tige et boire chaud.

- Eau d’aneth
Laisser tremper 1 petite cuillère à café de graines d’aneth broyées dans 1 tasse d’eau bouillante pendant quelques heures. Filtrer, sucrer avec du miel. Chez les enfants, diminuer la dose de graines de moitié.

Copyright © Doctinews. All rights reserved. Powered byNolimitmaroc

Connexion  / Inscription

LOG IN

Register

User Registration
or Annuler