Réalité augmentée et santé

Réalité augmentée et santé 11 juillet 2017

Une révolution silencieuse en marche 

Concept futuriste il y a quelques années, la réalité augmentée est en passe de révolutionner la médecine. Cette technique innovante consiste à superposer en temps réel des images réelles et des éléments issus du virtuel et qui sont incrustés par un système informatique. Elle est aujourd’hui utilisée, entre autres, dans le traitement de certaines affections digestives.

Doctinews N°99 Mai 2017

L
e concept de réalité augmentée a vu le jour dans les années 60, lorsqu’un réalisateur de films documentaires du nom de Morton Heiling développe un appareil baptisé Sensorama, un dispositif de cinéma immersif qui permettait, grâce à des capteurs branchés à un dispositif de simulation virtuelle, de projeter des images stéréoscopiques en grand angle. Ses utilisateurs pouvaient par exemple effectuer une balade virtuelle à vélo dans les rues de New-York. Plus tard, d’autres dispositifs plus évolués ont vu le jour et élargi par la même occasion le champ d’application de cette technique innovante. D’un simple gadget high tech pour passionnés friands de nouveautés technologiques, le dispositif de réalité augmentée est devenu au fil des ans un véritable bijou de technologie dont l’utilisation augure une nouvelle ère en médecine.

Un engouement grandissant

La chirurgie digestive compte parmi les champs d’application les plus prometteurs de la réalité augmentée. Cette dernière a fait son entrée dans les blocs opératoires depuis quelques années et suscite un intérêt grandissant chez les chirurgiens. Pour preuve, le prestigieux congrès annuel de l’Association française de chirurgie (AFC) lui a consacré lors de sa 118e édition toute une session qui a été animée par le Dr Luc Soler, membre de l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif et l’un des pionniers de l'utilisation de cette technologie en médecine. Selon l’AFC, près de 150 interventions de chirurgie digestive ont été effectuées entre 2014 et 2016 via des dispositifs de réalité augmentée. Ces interventions ont été réalisées essentiellement sur le foie, la vésicule biliaire, le pelvis et le rectum et avaient surtout pour objectif de valider et de perfectionner la technique.

Virtuel et réel superposés

La réalité augmentée consiste à réaliser une « copie » numérique 3D du patient, et en particulier de l’organe à opérer et de son environnement, à partir de clichés obtenus par scanner ou imagerie par résonance magnétique (IRM). L’image obtenue est par la suite superposée aux vidéos transmises par la caméra de la cœlioscopie. Le patient devient ainsi « transparent » pour le chirurgien qui peut voir où se situe la tumeur ou l’organe à opérer, alors qu’il ne pouvait le percevoir auparavant que par le toucher. Le chirurgien a ainsi une meilleure vision anatomique du patient et peut, via la reconstruction informatique 3D, voir au travers des organes. Il peut même simuler l’intervention chirurgicale en s’entraînant sur cette copie virtuelle avant la réalisation de l’intervention.

De nombreux avantages

Le recours à la chirurgie digestive par réalité augmentée offre plusieurs avantages. Il permet de diminuer le risque des accidents liés à des erreurs durant les interventions chirurgicales, de réduire la durée d'hospitalisation et de baisser le traumatisme chirurgical. La précision est, elle aussi, nettement améliorée car le chirurgien sait exactement où se situe la pathologie et les contours de la zone d’intervention. Même si la réalité augmentée est réservée pour le moment aux affections de l'appareil digestif, les adeptes de ce type de chirurgie expliquent qu'elle constitue sans conteste la chirurgie du futur eu égard à ses nombreux avantages.

Du virtuel pour traiter les phobies

Outre la chirurgie digestive, la réalité augmentée est utilisée dans le traitement des phobies. Il existe aujourd’hui des applications destinées aux personnes atteintes de certaines formes de phobies qui leur permettent de vaincre leur peur à travers la thérapie dite d’« exposition ». Une personne atteinte d’arachnophobie par exemple est invitée par le psychothérapeute à porter des lunettes spéciales reliées à des capteurs posées sur ses mains et qui diffusent des images virtuelles d’araignées. L'objectif de la thérapie consiste à recréer virtuellement une situation angoissante pour le patient et l'aider ensuite à manipuler les araignées avec les mains afin de vaincre sa phobie. Suivant le même principe, une personne souffrant d'agoraphobie peut vaincre sa peur des lieux publics en portant des lunettes qui recréent en 3D des espaces publics dans lesquels elle doit trouver des repères qui l'aideront à oublier la présence massive de gens inconnus et, ainsi, vaincre sa peur.

...et le stress post-traumatique

Des psychologues ont également utilisé ce type de technique dans la prise en charge du syndrome de stress post-traumatique notamment chez des soldats ayant participé à des guerres. Concrètement, le patient est encadré par un thérapeute qui l'aide à revivre une situation similaire à celles qui constituent la source de son traumatisme. Grâce à un casque spécial qui simule les explosions et le son des balles, le soldat est mis face à ses angoisses et tente de surmonter son traumatisme. Le fait qu'il ait conscience qu'il ne s'agit que d'une simulation l'aide à stimuler son imagination et à surmonter son stress post-traumatique. L’atténuation de la douleur est une autre vertu de la réalité augmentée. En effet, des médecins l'ont expérimentée chez des patients souffrant de brûlures et ont obtenu des résultats surprenants : les patients ont été invités à prendre part à un jeu virtuel de lancée de boule de neige dans un environnement enneigé. Les imageries cérébrales ont montré que la partie du cerveau liée à la douleur devient moins active durant le jeu, ce qui se traduit par une baisse de la douleur. Ces expérimentations n'ont pas encore été confirmées par des études scientifiques d'envergure, ce qui limite leur portée. Toutefois, la réalité augmentée semble ouvrir une nouvelle ère en médecine eu égard à son champ d’application qui ne cesse de s'élargir et au développement des dispositifs d'imagerie médicale 3D.

Dans la même rubrique

Santé connectée

Santé connectée

Avènement d’une nouvelle ère en médecine

La « santé connectée » est un concept qui est en passe de révolutionner notre approche de l...

Lire la suite

Varices

Varices

Une nouvelle approche et de nouvelles thérapies innovantes

En plus d’être un problème esthétique, les varices sont une insuffisance de d...

Lire la suite

L’ostéopathie chez les sportifs

L’ostéopathie chez les sportifs

Mode d’emploi 

Dans le domaine du sport plus que dans d’autres, la santé durable passe nécessairement par une prévention efficace et r...

Lire la suite

Prise de médicaments

Prise de médicaments

Le bon médicament au bon moment

L’efficacité et la tolérance d’un traitement peut parfois dépendre de plusieurs facteurs, notamment  ...

Lire la suite

Réalité augmentée et santé

Réalité augmentée et santé

Une révolution silencieuse en marche 

Concept futuriste il y a quelques années, la réalité augmentée est en passe de révolutionner la m...

Lire la suite

Vaccins

Vaccins

Respecter la chaine de froid

Le respect de la chaine de froid pour maintenir l’efficacité des vaccins est une condition essentielle pour r...

Lire la suite

Copyright © 2017 Doctinews.

All rights reserved.