La Réadaptation Cardiaque

La Réadaptation Cardiaque 18 juillet 2019

 Aider les patients à se reconstruire

La réadaptation cardiaque est une approche thérapeutique basée sur l’utilisation d’un ensemble d’activités qui visent à influencer favorablement le processus évolutif de la maladie cardiaque. Elle est notamment indiquée chez les patients victimes d’un infarctus du myocarde ou qui ont subi une intervention de chirurgie cardiaque ou une transplantation cardiaque.

Doctinews N°122 Juin 2019


Par le Pr Nabil EL MALKI
BERRADA ET Pr Najat Mouine

Professeur agrégé, chef de service de la Réadaptation Cardiaque au Centre de cardiologie de l’Hôpital Militaire d’Instruction Mohamed V de Rabat, et du Pr Najat Mouine Professeur assistant, chef de service adjoint


 

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la réadaptation cardiaque englobe « l’ensemble des activités nécessaires pour influencer favorablement le processus évolutif de la maladie et pour assurer aux patients la meilleure condition physique, mentale, sociale possible, afin qu’ils puissent par leurs propres efforts reprendre une place normale dans la société ». Les études scientifiques ont montré que la réadaptation cardiaque permet de réduire de 30 % la morbi-mortalité cardiovasculaire. Cette approche thérapeutique améliore en outre le pronostic des patients, renforce la tolérance à l’effort, réduit les symptômes cardiaques, améliore la prise en charge des facteurs de risque, contribue à une meilleure observance thérapeutique et améliore le bien-être psychologique. Dans les recommandations émanant des organismes internationaux de cardiologie, elle est considérée comme « mesure de niveau 1 », c’est-à-dire équivalente aux traitements médicamenteux.

DES INDICATIONS VARIÉES

La réadaptation cardiaque peut être envisagée chez les patients souffrant d’une maladie coronaire, à la suite d’un angor ou après la réalisation d’une revascularisation myocardique par un pontage aorto-coronarien. Elle est aussi préconisée chez les patients qui ont subi une chirurgie valvulaire ou de l’aorte, une resynchronisation myocardique, une transplantation cardiaque ou qui souffrent d’une cardiopathie congénitale, d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs, d’une dysfonction cardiaque et les patients à haut risque cardiovasculaire. Pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs, la réadaptation cardiaque doit être menée dans un centre spécialisé par une équipe multidisciplinaire qui comprend un cardiologue, un kinésithérapeute, un infirmier polyvalent, un diététicien et un psychologue. Chacun de ces professionnels de santé agit sur un volet particulier de la réadaptation. L’objectif ultime est d’aider le patient à retrouver une vie la plus normale possible et de contribuer à sa réinsertion sociale. Mais avant de démarrer le processus de la réadaptation, le cardiologue doit s’assurer que le patient ne présente pas de contreindications à la réadaptation cardiaque, notamment une myocardiopathie obstructive sévère, des troubles rythmiques ventriculaires complexes, une fibrillation auriculaire récente non traitée, la présence d’un thrombus intra ventriculaire volumineux ou pédiculé ou une affection inflammatoire ou infectieuse évolutive mal contrôlée par un traitement spécifique. Pour éliminer les contre-indications, le cardiologue réalise un bilan complet comportant un examen clinique, un électrocardiogramme, un bilan biologique, une échocardiographie et une épreuve d’effort cardiorespiratoire qui permet de définir les capacités fonctionnelles du patient. Ce bilan initial permet en outre d’adapter la réadaptation au profil de chaque patient en fonction de ses capacités et du type de pathologie cardiaque dont il souffre. Il aide aussi à stratifier le risque  patient (risque élevé, modéré ou faible).

UNE PRISE EN CHARGE EN PLUSIEURS ÉTAPES]

Les spécialistes distinguent trois phases de la réadaptation cardiaque. Durant la première phase, en hospitalier, c'est le lever précoce du patient qui est invité à effectuer une marche légère et des exercices modérés. La deuxième phase est beaucoup plus longue et s’étale sur 3 à 4 semaines. Elle comprend des séances (20 en moyenne) d’exercices d’endurance à l’aide d’un matériel d’exercice physique (vélo, tapis roulant…) relié à des systèmes de télémétrie et de renforcement musculaire, notamment des exercices de gymnastique au sol et d’étirements musculaires qui ciblent la musculature des membres supérieurs et inférieurs. L’équipe multidisciplinaire a également recours à des exercices d’électrostimulation et de respiration, surtout pour les insuffisants cardiaques, dont l’objectif est d’améliorer la respiration du patient. Tous ces exercices doivent être réalisés sous la surveillance de l’équipe du centre. Par ailleurs, le centre de réadaptation doit disposer d’un chariot d’urgence (un équipement destiné à contenir tout le matériel indispensable pour bien prendre en charge un patient dans des situations critiques) et d’un défibrillateur. La salle des exercices doit, par ailleurs, être bien aérée et climatisée. Enfin, lors de la troisième phase, le patient poursuit le programme d’entrainement à domicile ou dans une salle de sport afin de maintenir une activité physique régulière ce qui permet d'améliorer le pronostic et la qualité de vie.

INTÉRÊT DE L’ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE

L’éducation thérapeutique du patient est un élément qui revêt une importance capitale dans la prise en charge globale. Son objectif est de permettre au patient de devenir un acteur à part entière dans la prise en charge de sa maladie. Ainsi, l’équipe multidisciplinaire fournit aux patients des conseils pratiques, notamment en matière d’hygiène alimentaire, et des informations sur les spécificités des médicaments prescrits ainsi que leurs effets secondaires. Une prise en charge diététique est également indispensable. Son objectif est de déterminer le poids idéal, de corriger les cardiovasculaire chez le habitudes alimentaires, d'assurer au patient un équilibre à travers des entretiens individuels et collectifs et des cours de cuisine. Le volet psychologique est un autre élément dont il faut également tenir compte dans la prise en charge. A travers des entretiens individuels ou des ateliers collectifs, le psychologue aide ainsi le patient à « se reconstruire », à retrouver sa confiance en lui et avoir une meilleure qualité de vie

Dans la même rubrique

THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES DE 3e VAGUE

THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES DE 3e VAGUE

 Une nouvelle approche de la souffrance psychique

 Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) se sont développées progressivement...

Lire la suite

Simulation en santé

Simulation en santé

« Jamais la première fois sur le patient »

 

« Jamais la première fois sur le patient », telle est la devise de l’Internation...

Lire la suite

ERGOTHÉRAPIE

ERGOTHÉRAPIE

 UNE DISCIPLINE EN PLEIN ESSOR

L’ergothérapie est une discipline paramédicale qui vise à développer l’autonomie des personnes atteint...

Lire la suite

La Réadaptation Cardiaque

La Réadaptation Cardiaque

 Aider les patients à se reconstruire

La réadaptation cardiaque est une approche thérapeutique basée sur l’utilisation d’un ensemble ...

Lire la suite

Rajeunissement du visage

Rajeunissement du visage

 La voie de la toxine botulique

La toxine botulique est utilisée en dermatologie, chirurgie plastique et médecine esthétique pour atténue...

Lire la suite

TABAGISME

TABAGISME

LE VAINCRE PAR L’HYPNOSE

L’hypnose médicale est l’une des nombreuses méthodes thérapeutiques qui peuvent être envisagées chez les p...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.