Dossier

Des solutions existent

Une malformation de membre inférieur constitue trois volets que le médecin spécialiste doit envisager. Il s’agit du volet fonctionnel entravant la marche, du volet psychologique pour les parents et l’enfant surtout à la puberté, et du volet sociologique lié à la perception du corps dans la société. Le volet fonctionnel trouve sa solution dans un programme chirurgical ou un appareillage. Sur le plan psychologique, la malformation se présente chez les parents comme une affection inacceptable en période néo-natale, mais finit par être considérée comme un « destin divin ». La « maladie sociale », liée à la signification sociale du corps, ne guérit jamais et pose toujours un problème sérieux de relations sociales.

Point de vue du cardiologue

Les accidents vasculaires cérébraux ischémiques (AVCI) constituent la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap majeur dans le monde. Environ 20 % sont d'origine cardio-embolique La recherche d'une source cardiaque potentielle est donc une étape fondamentale dans l'évaluation urgente d'un accident vasculaire cérébral, d'autant plus que l'implication thérapeutique peut être importante. De ce fait, le rôle du cardiologue, dans le cadre d'une prise en charge multidisciplinaire, s'impose dans l'approche diagnostique, thérapeutique et préventive d'un AVC ischémique.

Mieux les connaître pour mieux les maîtriser

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique font partie des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Ces affections, qui se caractérisent par l'inflammation de la paroi d'une partie du tube digestif, posent parfois des problèmes de diagnostic différentiel, et plus particulièrement avec la tuberculose intestinale pour la maladie de Crohn et avec l'amibiase pour la RCH au Maroc. Certaines lésions, comme les lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn ont un retentissement important sur la vie quotidienne des patients. Il importe de bien les identifier pour déterminer la stratégie thérapeutique à mettre en place.

Moins bénignes qu'il n'y paraît

La maladie lithiasique se définit par la formation de concrétions urinaires qui seront, dans la majorité des cas, spontanément éliminées sans qu'aucun symptôme ne les révèle. Dans d'autres cas, elle peut mettre en jeu le pronostic fonctionnel du rein. Dans les formes sévères ou négligées, cette pathologie répandue peut causer une insuffisance rénale chronique définitive. Lorsqu'elle est avérée, il faut la considérer comme une affection chronique à surveiller de près, car le taux de récidive est important et les mesures de prévention secondaires s'avèrent efficaces pour éviter celles-ci.

Modalités de prise en charge

L’intoxication au monoxyde de carbone (CO) constitue un accident fréquent, grave, mortel et dont la prise en charge diagnostique et thérapeutique débute dès le pré-hospitalier. Il s’agit d’une urgence médicale qui comporte un risque vital, et son traitement d’urgence repose sur l’oxygénothérapie.

Analyse du concept à travers une étude clinique

Le syndrome de glissement, concept gériatrique français, est un état de grande déstabilisation physique et psychique marqué par l’anorexie, la dénutrition, un comportement de repli et d’opposition. Devant l’absence d’étiologie médicale et en raison de sa composante psychologique, diverses théories offrent des pistes de réflexion autour de ce concept.

L’attitude du médecin généraliste

La toux n’est pas une maladie, mais un symptôme aux multiples significations. Il s’agit en fait d’une réponse à une agression physique ou psychique pouvant avoir une répercussion psychosociale car elle altère la qualité de vie de la personne malade ainsi que celle de son entourage. Ce symptôme, qui peut tout aussi bien être anodin ou inquiétant, révèle parfois des pathologies graves.

Un défi pour la santé de l’homme

Les parasitoses sont responsables de pathologies de degrés différents, allant du simple saprophytisme jusqu’au parasitisme pathologique, avec une grande morbidité mettant parfois en jeu le pronostic vital du malade atteint. La liste des parasites incriminés est longue d’où le choix, à travers ce dossier, de ne traiter que les plus courants au Maroc.

Un handicap majeur, mais pas une fatalité

L’Organisation mondiale de la santé classe le déficit auditif au troisième rang des handicaps par ordre de gravité, tant son retentissement est important sur le développement cognitif et linguistique de l’enfant. Le dépistage précoce est le meilleur garant d’une prise en charge adaptée permettant d’aboutir à la réhabilitation auditive avant qu’il ne soit trop tard.

Entre un mal frequent et une maladie au coeur de l’auto-immunité

Le syndrome sec, défini par une sécheresse des muqueuses, principalement buccales et oculaires, est un motif de plaintes fréquent et pourtant trop souvent ignoré ou négligé alors qu’il concerne le quart des personnes de plus de 60 ans au Maroc.

Comprendre pour traiter

L’insuffisance cardiaque est une pathologie assez mal connue et sa prise en charge encore peu maîtrisée. Des études menées en Europe le prouvent. Cinquante pour cent des patients insuffisants cardiaques ne seraient pas traités et 50 % de ceux traités le seraient de manière inadéquate. Or, cette maladie est mortelle et les traitements permettent aujourd’hui d’augmenter l’espérance de vie et d’assurer au patient une meilleure qualité de vie. D’où la nécessité, dès suspicion d’un risque, d’adresser le patient à un spécialiste.

Une chirurgie sûre pour recouvrer la vue

La cataracte est la première cause de cécité dans le monde et sa prévalence augmentera dans les années à venir, avec l’augmentation de l’espérance de vie. Cette pathologie, qui touche plus de 50 % de la population âgée de plus de 75 ans, est  en effet essentiellement liée au vieillissement. Sa prise en charge est aujourd’hui considérée comme un vrai problème de santé publique, sachant qu’au Maroc, le nombre de personnes atteintes de cataracte et en attente de chirurgie est estimé à 500 000 par certains professionnels avec une moyenne de 45 000 nouveaux cas chaque année.

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.