Vaccination

La vaccination constitue l’un des plus grands progrès de la médecine

Chaque année, le ministère de la Santé organise la semaine nationale de la vaccination, à l’instar de la communauté mondiale. Cette initiative vise « à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger la population des maladies cibles de la vaccination et maintenir une couverture vaccinale supérieure à 95% », indique le ministère dans le communiqué annonçant la campagne qui s’est déroulée cette année entre le 24 et le 30 avril 2017.

Doctinews N°99 Mai 2017

ISMAIL BERRADA

Directeur de publication et de la rédaction


 

Il est clair que les efforts engagés par le Maroc dans ce sens, appuyés par les professionnels de santé, ont abouti à des résultats probants. Par exemple, depuis 1987, le Maroc n’a plus enregistré aucun cas de poliomyélite, ce fléau qui, autrefois, a condamné de nombreux enfants à la boiterie ou conduit au décès. Aucun cas de diphtérie n’a par ailleurs été signalé depuis 1991 et le tétanos néonatal a été officiellement éliminé en 2002 (date de la certification de l’Organisation mondiale de la santé). Il est à noter également que le nombre de cas de méningites a significativement diminué depuis l’introduction de la vaccination contre l’Haemophilus influenza type b et que le Maroc aspire à éliminer la rougeole et à contrôler la rubéole d’ici 2020.
A plus grande échelle, c’est-à-dire à l’échelle mondiale, la vaccination constitue l’un des plus grands progrès de la médecine. Elle est certainement la thérapie qui a contribué à sauver le plus de vie, à ce paradoxe près qu’elle est administrée à une personne saine. Mais si, hier, personne (ou presque) ne remettait son intérêt en question, la controverse qui est apparue dans les années 90 à propos du vaccin contre l’hépatite B a fini par semer le doute dans certains esprits.
Or, on oublie trop souvent que la vaccination sert à se protéger soi-même, certes, mais qu’elle permet aussi de protéger les autres, et plus particulièrement les personnes fragiles qui ne peuvent être vaccinées ! Ainsi, une personne atteinte de la rougeole peut contaminer 15 à 20 autres personnes dont certaines pourront présenter des complications telles que des pneumonies ou des encéphalites. On oublie également que des maladies comme la diphtérie pourraient vite réapparaitre si l’on arrêtait la vaccination. Enfin, on a oublié depuis longtemps la crainte dans laquelle les épidémies ont plongé des centaines de milliers de familles à une époque pourtant pas si lointaine de nous.
La vaccination est donc un acte citoyen et responsable auquel il serait dangereux de se soustraire. Et le rappeler ne peut que bénéficier aux générations futures. !

Dans la même rubrique

COUVERTURE SANTÉ UNIVERSELLE

COUVERTURE SANTÉ UNIVERSELLE

 LA CSU NE SE LIMITE PAS AU FINANCEMENT DE LA SANTÉ

La communauté internationale célèbre cette année la journée mondiale de la santé (...

Lire la suite

1 879 NAISSANCES

1 879 NAISSANCES

  LE DROIT À LA SURVIE EST UN DROIT FONDAMENTAL

Selon les estimations de l’Unicef, un peu plus de 395 000 bébés sont nés dans le monde ...

Lire la suite

CLIMAT

CLIMAT

 L'ACCORD DE PARIS EST LE PLUS GRAND ACCORD DU SIÈCLE SUR LA SANTÉ

Si les objectifs de l’Accord de Paris étaient atteints, 1 million de ...

Lire la suite

JOURNÉE HISTORIQUE

JOURNÉE HISTORIQUE

LA TUBERCULOSE EST LA MALADIE LA PLUS MORTELLE

« C’est une journée historique dans la longue guerre contre la tuberculose », a déclaré ...

Lire la suite

RÉPIT !

RÉPIT !

LES EFFETS BÉNÉFIQUES DES CONGÉS SONT DE COURTE DURÉE !

Au mois de septembre, et même dès la fin du mois d’août, le mot « rentrée ...

Lire la suite

TOXICOMANIE

TOXICOMANIE

 LA CONSOMMATION DE DROGUES CONCERNE DES POPULATIONS DE PLUS EN PLUS JEUNES

Lorsqu’il est question de consommation de drogues, il est gén...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.