Edito

Mise au point
 

L’équipe de Doctinews tient sincèrement à présenter ses excuses à tous les lecteurs qui ont été heurtés par les propos de l’éditorial du numéro du mois de mai 2013 intitulé « Erreur médicale : La terreur du soigné serait-elle un calvaire pour le soignant ? ».

La terreur du soigné serait-elle un calvaire pour le soignant ?

C’est un avis partagé tant par les prestataires que par les consommateurs de soins ! De nos jours, le médecin veut du rapide, du simple et du rentable. Il n’ est plus malheureusement cet humaniste bienveillant qui consacre sa vie à soulager ses semblables. Les propos peuvent fâcher ! Encore plus quand on parle de ce sujet tabou au Maroc, l’erreur médicale.

A quand « un permis de soins de qualité »

Les « Irradiés d’Epinal », on sait des choses sur cette affaire, mais pas autant que ces plus de 5 500 personnes victimes d’une sur-irradiation au centre hospitalier Jean-Monnet, entre 1987 et 2006… le plus grave accident de radiothérapie recensé en France sème le doute !

Le concept est-il envisageable dans nos entreprises et administrations?

Pour les employés dont chaque heure correspond à une tâche précise, comme pour les fonctionnaires qui malgré toute leur bonne volonté, ne parviennent pas toujours à atteindre les objectifs fixés, les stations assises prolongées et les mauvaises positions sont un surmenage pour le corps. Les supporter pendant les 44 heures ou plus de travail ne peut se faire sans altérer leur productivité, et avant cela leur santé !

Une culture sanitaire à construire !

«Doute que les astres soient de flammes, doute que le soleil tourne, doute que la vérité soit vérité, mais ne doute jamais de mon amour. » Voilà une belle phrase de Shakespeare qui pourrait inspirer tous ceux et toutes celles qui se préparent à fêter ce 14 février ! Ce grand jour si populaire arrive bientôt, en effet, et pour des millions d'amoureux s'ouvrira alors le bal des cadeaux, des mots doux et des roses rouges. Une façon parmi d'autres d'exprimer ou de renouveler ses sentiments à la personne aimée.

Le cadre de référence pour les plans d'intervention

La toxicomanie, voilà un phénomène qui inquiète de plus en plus au Maroc. En 2007, déjà, 4,6% de la population étaient touchés par ce phénomène. Aujourd'hui, ce chiffre est loin de baisser. N'épargnant aucune tranche d'âge ou catégorie sociale, il va au contraire en s'accroissant. Cannabis, tabac, alcool, cocaïne, héroïne … des drogues dangereuses qui empruntent bien des chemins pour arriver entre les mains de ceux qui s'autodétruisent, quasiment en connaissance de cause.

Remplissons-nous vraiment notre rôle?

Cela fait plus de trente ans que la lutte contre le Sida a commencé. Mais malgré les moyens formidables engagés dans ce combat, le nombre de personnes contaminées par le VIH ne cessent d’augmenter au Maroc comme ailleurs. En juin 2012, notre pays en comptait environ 29.000, dont 85 % d’hétérosexuels, 71 % âgés de 25 à 44 ans et 78 % vivant en milieu urbain !

Gare à l’intoxication à petit feu !

Avec l’hiver et son froid, les fêtes religieuses et leurs rituels au Maroc, notre alimentation s’enrichit inconsciemment. Le tajine, distingué par le savoir-faire des artisans et l’originalité des formes, devient le symbole des arts de la table chez nous.

À quand une stratégie nationale pour les femmes ?

À en juger par l’actualité, octobre est un mois au féminin par excellence ! À l’échelle internationale, c’est une période où la santé de la femme est placée sous la loupe. Cancer du sein, ostéoporose, ménopause… autant de pathologies féminines auxquelles les instances sanitaires accordent une importance particulière. Pour preuve, des journées mondiales leur sont entièrement dédiées, le principal objectif étant de mieux conscientiser à propos de leur poids médico-sanitaire et socio-économique actuels et futurs, lesquels demeurent, hélas, encore trop importants !

S’investir davantage en faveur de la sécurité routière

À l’approche de la plus importante période de vacances de l’année, nos routes enregistrent une montée en flèche des accidents de la circulation ! À l’origine de souffrances humaines considérables, ce problème de santé publique est également préoccupant de par son impact économique non négligeable.

Un concept utopique sous nos cieux

La belle saison pointe le bout du nez. Celle de la mer, des vacances, mais aussi des fruits et légumes gorgés de soleil et en abondance. Pendant ces mois de juillet et août, plus que pendant le reste de l’année, il y a donc du choix ! Pour le plus grand plaisir de tous, prunes, raisins, tomates, concombres, pêches, melons, pommes, poires… ne demandent qu’à être dégustés !

L’urgence d’un programme national

Qu’il s’agisse des priorités sanitaires du nouveau gouvernement, de la généralisation du Ramed, ou encore, récemment, de l’autorisation de la recherche biomédicale -la liste n’est point exhaustive- l’actualité de ces derniers mois a été largement consacrée à la santé.

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.