Recherche vaccinale

Recherche vaccinale 29 mai 2019

 

 Des espoirs considérables

La vaccination consiste à introduire, chez un individu, une préparation antigénique dérivée ou proche d’un agent infectieux déterminé, de manière à créer une réponse immunitaire capable de le protéger contre la survenue d’une maladie liée à cet agent infectieux. Cette immunoprophylaxie active spécifique est, dans certains cas, très efficace en procurant un moyen de prévention très utile en santé publique(1).

 

Doctinews N°121 Mai 2019

Par Majda BENABBES, Abdelkader LAATIRIS

Laboratoire de pharmacie galénique, Faculté de médecine et de pharmacie- Université Mohamed V-Rabat


Un vaccin est un médicament immunologique biologique contenant un ou plusieurs antigènes. Il est fabriqué soit à partir de bactéries ou de virus entiers, soit à partir de leurs constituants (protéines, polysaccharides...) ou de leur produit de sécrétion. Dans le cas des toxines, celles-ci sont inactivées par un traitement chimique tout en préservant la capacité d’induire une réponse immunitaire. Les antigènes sont reconnus comme « étrangers » par le système immunitaire et déclenchent une réponse immunitaire protectrice au vaccin. À ces principes actifs s’ajoutent, suivant le type de vaccin, deux classes de composants qui participent à la formulation du produit final : l’adjuvant en charge de stimuler et d’orienter la réponse immunitaire et l’agent stabilisant chargé de préserver l’efficacité du vaccin contre la perte d’antigénicité et la baisse de l’infectivité des vaccins vivants atténués sur une longue durée dans des conditions définies (2).

Aspect galénique

La forme galénique des vaccins correspond à la rencontre de plusieurs éléments majeurs : l Un ou plusieurs principes actifs immunogènes, l Des excipients (adjuvants, stabilisants, . . .), l Des concepts technologiques permettant la formulation (Extraction, lyophilisation, séchage, . . .). Deux présentations galéniques privilégiées sont choisies pour mettre en forme les vaccins : l Soit à l’état liquide simple, présents sous forme de solutions ou suspensions, l Soit en lyophilisats, ce qui oblige son utilisation immédiate après reconstitution.

Mode d’administration

Les vaccins sont actuellement administrés par injection par voie sous-cutanée, intradermique ou par voie intramusculaire car ce sont les voies d’administration qui sont les plus immunogènes. La voie intraveineuse est faiblement immunogène et la voie orale est tolérogène. Cependant, il existe des vaccins administrés par voie orale comme le vaccin contre la poliomyélite et celui contre le rotavirus.

Classification des vaccins

Vaccins classiques

Vaccins « vivant atténué » Ce sont les premiers types de vaccins produits. Ils sont constitués de virus ou de bactéries qui ont perdu leur pouvoir pathogène, mais qui restent capables de se développer dans l’organisme. L’atténuation du pouvoir pathogène est obtenue par passage du micro-organisme sur des cultures cellulaires dans des conditions défavorables ou par voie chimique (3). Vaccins « tué ou inactivé » Il s’agit d’une méthode « classique » d’obtention des vaccins. Elle consiste à inoculer des microorganismes entiers inactivés (tués). Ces vaccins sont capables d’induire une réponse humorale satisfaisante et protectrice. D’autres types de vaccins inactivés sont préparés à partir d’anatoxines correspondant à des toxines bactériennes purifiées puis inactivées par traitement chimique ou à la chaleur (4). 

Vaccins sous-unités

Les vaccins sous-unités sont des vaccins acellulaires composés d’un nombre restreint d’antigènes isolés et purifiés à partir des constituants de surface des micro-organismes et qui constituent les cibles des anticorps. Les fractions polysaccharidiques sont membranaires ou capsulaires et se sont révélées très immunogènes chez l’adulte bien portant.

Vaccins de nouvelles technologies (Futur virus)

Vaccins produits par génie génétique

Les pathogènes qui se cultivent difficilement en laboratoire posent un problème pour de production des vaccins. Une avancée a donc été réalisée grâce à la production de protéines recombinantes, issues d’une technologie du génie génétique. Les gènes exprimant des antigènes capables d’induire une réponse immunitaire protectrice sont insérés dans un plasmide. Celui-ci est ensuite introduit dans un vecteur (une bactérie, une levure, des cellules de mammifère en lignée cellulaire ou un virus). Ces cellules expriment alors une molécule recombinante ayant conservé ses propriétés antigéniques et immunogènes (5).

Vaccins à ADN

Le principe repose sur l’introduction directe par injection intramusculaire ou intradermique du gène codant pour l’antigène vaccinal cloné dans un plasmide d’ADN bactérien. Les vaccins à ADN apparaissent donc comme une stratégie sûre et simple pour induire des réponses immunitaires complètes (humorales et cellulaires) (3).

Vecteurs vivants recombinants

La vaccination par des vecteurs vivants recombinants représente une optimisation de la stratégie de vaccination à ADN. La particularité réside au niveau de la pénétration du matériel génétique dans la cellule qui s’avère très efficace et non limitante. Les séquences génétiques vaccinales sont ici véhiculées par des vecteurs bactériens ou surtout viraux vivants non-réplicatifs. Un vecteur viral est un virus dans lequel des gènes essentiels à la réplication virale ont été éventuellement supprimés et remplacés par des séquences codant les antigènes d’intérêt (3).

Pseudo-particules virales ou VLP

Les VLP (virus-likeparticle) sont des particules vaccinales formées de protéines recombinantes sous-unitaires. Ils représentent des candidats vaccins de choix de par leur assemblage particulaire, mais aussi du fait qu’ils sont dépourvus de génome viral, fortement immunogènes et à haut niveau de sécurité (3).

Vaccins cellulaires

Les vaccins cellulaires sont plus spécifiquement destinés aux immunothérapies antitumorales. Ils représentent un nouveau type de vaccins adaptés pour la génération de réponses cellulaires. Ils sont constitués de cellules tumorales ou de cellules dendritiques chargées avec les antigènes tumoraux. L’utilisation de cellules tumorales inactivées, associées à un adjuvant, en vaccination anti-tumorale est conceptuellement satisfaisante puisque ces cellules constituent une source authentique d’antigènes tumoraux qui seront activement reconnus en présence d’adjuvant (3).

Vaccins à base de plante

Il s’agit de la production d’antigènes de vaccins à partir des plantes greffées par le gène correspondant. Selon le même principe, il s’agirait d’utiliser des gènes de vaccins et de les introduire dans des plantes comestibles. De tels vaccins pourraient soit être consommés ou appliqués à la surface des muqueuses (6).

Les vaccins transdermiques

Le principe de ces vaccins repose sur une vaccination transcutanée. En effet, l’épiderme contient une forte quantité de cellules immunitaires qui sont les cellules dendritiques. Lorsqu’elles sont activées en présence d’un antigène, elles le transportent jusqu’aux ganglions lymphatiques les plus proches, déclenchant une réponse immunitaire (6).

BIBLIOGRAPHIE

1- Programme Nationale d’Immunisation : Aspect pratique de vaccination 2013. 2- Gomez PL, Robinson JM, Rogalewicz J. Vaccine manufacturing. Saunders, Editor 2008. 3- Bellier B. vaccins d’aujourd’hui et de demain : nouvelles technologies. Revue Francophone des Laboratoires. 2009. 417 69 – 77. 4- Beytout J, Laurichesse H, Rey M. Vaccinations. I. Encycl Med chir 2001. 5- Inca Kusters. Vaccins du futur : nouvelles technologies. Journal de pédiatrie puériculture 2001; 14 : 370-9. 6- World Health Organization. Une pléthore de vaccins haute technologie – génétiques, comestibles, en sucre vitreux et autres. CVI Forum 1999; Juli : 5–24. Juillet 1999. 7- Kari S. Lankinen, Satu Pastila, Terhi Kilpi, Hanna Nohynek, P. Helena Mäkelä, Olin P. Vaccinovigilance in Europe need for timeliness, standardization and resources. Bulletin of the World Health Organization. 2004 ; 82 : 828-35.

Dans la même rubrique

Prévenir le cancer

Prévenir le cancer

 Les cinq règles d’or

La lutte contre lecancer représente le défi actuel et futur de notre société. En effet, selon les estimations du...

Lire la suite

Recherche vaccinale

Recherche vaccinale

 

 Des espoirs considérables

La vaccination consiste à introduire, chez un individu, une préparation antigénique dérivée ou ...

Lire la suite

TDAH

TDAH

L’IMPORTANCE D’UN BON DIAGNOSTIC

Le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble neuro-développ...

Lire la suite

Prescription médicamenteuse

Prescription médicamenteuse

 LA PARTICULARITÉ DES SUJETS ÂGÉS

La polymédication est souvent légitime et nécessaire chez les personnes âgées. Toutefois, elle augm...

Lire la suite

Technique d’injection de l’insuline

Technique d’injection de l’insuline

  Le point sur les dernières recommandations

La prise en charge du diabète est actuellement bien codifiée. Elle repose essentiellement sur...

Lire la suite

Qualité spermatique

Qualité spermatique

 L’apport de la génétique

L’infertilité masculine reste un véritable tabou social au Maroc faisant appel aux techniques conventionnel...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.