Traumatologie-orthopédie marocaine

Traumatologie-orthopédie marocaine 07 novembre 2018

 Une spécialité devenue “à part entière“

“Sur le chemin du futur : 30 ans dans le développement de l’orthopédie marocaine“, tel est le titre de l’ouvrage publié par le Pr Abdelouahed Ismael dans lequel il retrace l’histoire de la traumatologie-orthopédie marocaine et sa reconnaissance en tant que spécialité à part entière.

 

Doctinews N°114 octobre 2018

 Pr Abdelouahed Ismael

 auteur du livre « Sur le chemin du futur


L
’histoire de la reconnaissance de la traumatologie-orthopédie en tant que spécialité au Maroc est récente et assez méconnue. L’idée de l’autonomie de l’orthopédie est née au cours des années 70. A cette époque, l’orthopédie était incluse dans la chirurgie dite “générale“. Afin de donner une identité propre à la spécialité et lui permettre son essor, le Pr Abdelouahed Ismael a décidé de créer le « Groupe d’orthopédie », une initiative à laquelle ont adhéré les Professeurs M. Elmanouar et M. Jirari. « L’objectif était la séparation officielle de la traumatologie-orthopédie de la chirurgie viscérale, la reconnaissance universitaire de la discipline, la création d’un département de l’appareil locomoteur au sein de la faculté de médecine et la création de services spécialisés dans les hôpitaux du Maroc », explique le Pr Ismael dans l’avant-propos de l’ouvrage. Après des années de revendications, en 1976, le ministère de la Santé publique a pris officiellement la décision historique de créer le premier service universitaire spécialisé de traumatologie-orthopédie à l'hôpital Ibn Sina de Rabat et porté à sa tête le Pr Ismael.

Entrée à la faculté

Le Groupe d’orthopédie, consolidé par l’arrivée de nouveaux membres, a alors entamé la suite logique de cet acquis, à savoir la récupération de l'enseignement de l'orthopédie encore dispensé par les chirurgiens généralistes. Cet enseignement sera finalement récupéré grâce à la compréhension de la plupart du corps enseignant. Dès la nomination du Pr Ismael en qualité de professeur agrégé en 1980, le service de traumatologie-orthopédie de l’hôpital Ibn Sina de Rabat s’est attelé à sa double tâche : les soins et l’enseignement. L’objectif était de former les futurs orthopédistes, tant pour le CHU que pour les établissements provinciaux. De là est née l’idée d’explorer les possibilités d’une contribution internationale. « Nous nous sommes adressés au World Orthopaedic Concern, organisme éducatif chargé, en coordination avec la Société internationale de chirurgie orthopédique et traumatologique, de la promotion de l’orthopédie dans les pays en développement par le biais de la formation sur place des chirurgiens orthopédistes. Le projet de formation, baptisé Morocco Orthopaedic Training Program, a vu le jour. Il avait pour objectif la mise en place d’un centre de formation de traumatologie et de chirurgie orthopédique afin de pouvoir former sur place nos propres spécialistes. Ce centre devant être basé dans un CHU préexistant, notre service à l’hôpital Ibn Sina a été naturellement retenu », explique le Pr Ismael. Le centre devait également contribuer au recyclage des formateurs et à la formation des jeunes cadres de la faculté ainsi qu’à celle des paramédicaux. Le programme devait durer de 5 à 7 ans au maximum, la relève devant par la suite être assurée par les cadres marocains du service.

Des réticences à vaincre

Malgré des réticences liées à la crainte d’une spécialisation à outrance et d’une fragmentation de l’exercice de la chirurgie, un protocole d’accord a été finalement signé par les ministres de l’Education nationale et de la Santé publique et le World Orthopaedic Concern (représenté par le Pr Merle d’Aubigné). Grâce aux aides et aux subventions internationales, le programme a démarré le 6 janvier 1981. Le gouvernement marocain a participé au projet en prenant en charge le logement et le transport des enseignants étrangers. Au cours des sept années du programme, une cinquantaine d’éminents professeurs et orthopédistes ont dispensé leur savoir dans le service. Les jeunes orthopédistes formés dans le cadre du Morocco Orthopaedic Training Program ont ensuite été affectés dans les principales villes du Royaume : Tétouan, Tanger, Oujda, Fès, Meknès, Kenitra, Laayoune, Agadir, Safi, El Jadida et Settat.

La relève assurée

Initialement, les orthopédistes des hôpitaux de ces villes étaient tous lauréats du programme. Des dizaines de chirurgiens ont été ainsi formés pour la santé publique. La plupart d’entre eux ont par ailleurs bénéficié d’une année de formation dans un service prestigieux d’un pays francophone et de stages de 1 à 6 mois en France, en Suisse, en Belgique, au Québec et en Espagne. Adopté par la réforme de la faculté de médecine, le Morocco Orthopaedic Training Program a servi de base solide au Certificat des études supérieures d’orthopédie. Ainsi, grâce au dynamisme du Groupe d’orthopédie et à l’aide internationale, l’orthopédie a définitivement été installée au Maroc.

Dans la même rubrique

Traumatologie-orthopédie marocaine

Traumatologie-orthopédie marocaine

 Une spécialité devenue “à part entière“

“Sur le chemin du futur : 30 ans dans le développement de l’orthopédie marocaine“, t...

Lire la suite

Association Marocaine de Lutte contre la Rage

Association Marocaine de Lutte contre la Rage

Eliminer la rage humaine au Maroc

Fondée en 2015, l’Association marocaine de lutte contre la rage (AMLR) s’est fixée comme principal obj...

Lire la suite

Relation médecin-malade

Relation médecin-malade

 Comment gérer les conflits

Pour assurer une prestation de soins de qualité, les médecins savent que leur objectif premier doit être de s...

Lire la suite

AMTC

AMTC

 La greffe cardiaque sauve des vies

Créée en 2016, l’Association marocaine de transplantation cardiaque (AMTC) est une association à but...

Lire la suite

Parcours de soins coordonnés

Parcours de soins coordonnés

Principal outil de régulation du système de soins

Les soins de santé de base (SSB) nécessitent une philosophie et une approche propres pou...

Lire la suite

GFAOP

GFAOP

Améliorer la prise en charge des patients en phase palliative

Le Groupe franco-africain d’oncologie pédiatrique a, depuis les années 2000...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.