Institutionnel

Quelles dispositions pénales ?

Constat blessant, une moyenne de 700 avortements illégaux sont commis par jour au Maroc avec toutes leurs répercussions sur la santé de la mère ! Il faut savoir que l'avortement illégal rentre dans la catégorie des crimes et délits contre l'ordre des familles et la moralité publique.

Où en sommes-nous au Maroc ?

Vers la fin de chaque année, les mondes associatif et médical, à travers le continent, annoncent leurs statistiques et réalisations annuelles concernant une maladie qui ne cesse de faire parler d’elle : le syndrome d’immunodéficience acquise. Où en sommes-nous exactement au Maroc ? Tour d’horizon.

Plaidoyer pour un programme unifié

Face à l’émergence d’une épidémie de maladies chroniques non transmissibles, de nombreux arguments plaident en faveur de l’intégration en un seul programme national (programme R.D.H.) des activités de prévention et de prise en charge du diabète, de l’hypertension artérielle et de la maladie rénale chronique. Cette intégration constitue une option stratégique pertinente et moderne.

Développer une stratégie pour mieux les contrôler

Bien qu’elles occupent une place de plus en plus importante dans la morbidité, les maladies génétiques ne suscitent qu’un faible intérêt au Maroc. Pourtant, elles concernent des milliers d’enfants et plongent de nombreuses familles dans l’angoisse et l’incertitude. C’est dire à quel point la sensibilisation est un élément clé dans le combat à mener.

Résultats d’une enquête épidémiologique

Les accidents vasculaires cérébraux, qui représentent la troisième cause de mortalité, sont considérés par l’Organisation mondiale de la santé comme un véritable problème de santé mondiale. L’enquête épidémiologique menée en 2009 par le Professeur Mustapha El Alaoui Faris et le Groupe de Recherche sur les AVC de l’Académie Hassan II des Sciences et techniques (Professeurs Mohamed Yahyaoui, Ilham Slassi, Fouzi Mourji, Saadia Aidi) donne de précieuses indications sur la situation au Maroc.

QU’EN EST-IL au Maroc ?

La pratique des recherches biomédicales a pris de l’importance ces dernières années, à travers les quatre coins du monde. Au Maroc, les textes existants se sont avérés insuffisants, voire inaptes à gérer le développement rapide de cette pratique.

AFRIC-PHAR décroche une triple certification

En février 2013, les laboratoires AFRIC-PHAR ont obtenu la certification QSE qui signifie Qualité/Santé et sécurité au travail/Environnement. Cette certification se base sur la mise en place de trois référentiels, la norme ISO 9001, version 2008, pour le système de Management de la Qualité, la norme OHSAS 18001, version 2007, pour le système de Management Santé et sécurité au travail et la norme ISO 14001, version 2004, pour le système de Management Environnemental.

Vers une meilleure intégration de la thérapie cellulaire

x La thérapie cellulaire est le procédé qui consiste en la prévention ou le traitement des pathologies par l’administration de cellules vivantes. Elle présente trois finalités : la médecine régénérative (le remplacement des cellules déficientes ou la réparation d’organes endommagés), le support hématopoïétique en oncologie et l’immunothérapie.

Des facettes multiples

Le développement durable englobe un processus visant à promouvoir la dignité et le bien-être de l'homme et à éliminer totalement la misère qui constitue le plus grand obstacle au progrès et à la paix. La dégradation grandissante de la situation sanitaire, sociale et économique des populations des pays pauvres risque de remettre en cause tout l'édifice des relations internationales.

Changer le regard de la société

Née de la volonté de certaines personnes souffrant de pathologies psychiques de briser les tabous entourant les maladies psychiques au Maroc, l'Association marocaine des usagers de la psychiatrie (AMUP), à travers une approche multidisciplinaire, œuvre à la réinsertion des malades atteints de troubles psychiques dans la société.

Urgence et proximité

Ne pas sortir de l'urgence, tel est le souhait du Samusocial de Casablanca. Pour y parvenir, l'association cherche à élargir son réseau de partenaires à même d'assurer un relais dans la prise en charge des personnes en situation de rue et faciliter leur réinsertion sociale durable.

Evolution du concept

Pour faire face aussi bien aux menaces nouvelles qu’aux pathologies classiques, et protéger la santé d’une population de plus en plus exigeante, notre pays a plus que jamais besoin de renforcer ses soins de santé de base. Pour ce faire, le renforcement et la réorganisation de la première ligne, que représente la médecine générale, ne constitue pas un luxe, mais un «must».

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.