Khalid Cheddadi

Khalid Cheddadi 11 avril 2018

Président Directeur Général de la CIMR

Avec l’adoption de son nouveau statut juridique de Société mutuelle de retraite, la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) a permis à toute personne physique, et notamment les professions libérales, d’adhérer à un régime de retraite à titre individuel à travers un nouveau produit baptisé « Al Moustakbal Individuel ». Président directeur général de la CIMR, Khalid Cheddadi expose dans cette interview tous les détails de cette nouvelle offre.

 

 Doctinews N°109 Avril 2018

Khalid Cheddadi

 Président Directeur Général de la CIMR


 Doctinews.Pouvez-vous présenter brièvement la FNSPM ?Doctinews. Le régime de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) s’ouvre aujourd’hui à l’adhésion individuelle des personnes physiques avec le nouveau produit « Al Moustakbal Individuel ». Ce produit est-il né pour répondre à un besoin spécifique ?

 M. Khalid Cheddadi. Tout à fait. Nous avons, depuis un certain temps déjà, reçu de nombreuses demandes pour ouvrir notre régime aux professionnels et aux particuliers, qu’il s’agisse d’indépendants ou de salariés dont l’entreprise n’est pas prête à adhérer. Ce besoin se faisait ressentir de plus en plus fortement avec le débat public sur l’absence de couverture sociale des indépendants et la promulgation d’une loi sur la mise en place du régime de retraite de base obligatoire pour cette population. Dans ce contexte, il semblait tout naturel et iégitime que la Caisse Interprofessionnelle marocaine de retraite prenne sa place de régime de retraite complémentaire au régime de base. Aussi, avons-nous profité du changement du statut juridique de la CIMR, début 2017, pour introduire cette ouverture dans nos statuts et permettre à chacun de bénéficier des performances de notre régime, indépendamment de son statut professionnel, grâce au produit « Al Moustakbal individuel ».

Peut-on avoir plus de détails sur le produit, notamment la fixation des primes, les modes de paiement, et surtout les avantages que le produit offre ?

Pour concevoir Al Moustakbal Individuel, nous sommes partis des diverses contraintes que peuvent vivre les professionnels et avons fait en sorte de nous y adapter. Notre objectif a été de mettre en place un produit qui donne un maximum de souplesse et de liberté à notre adhérent tout en lui donnant les moyens de se garantir une bonne retraite. Les maîtres-mots ont été pour nous : personnalisation accrue, souplesse et accessibilité. Nous avons fait le choix d’un produit intégralement digitalisé. La souscription à Al Moustakbal Individuel, la gestion du compte personnel de l’adhérent et la modification des paramètres d’adhésion se font en toute autonomie sur notre site www.cimr.ma et bientôt sur notre application mobile sur smartphone. A travers le simulateur en ligne ou avec l’assistance des conseillers CIMR, l’adhérent va définir le montant de sa contribution forfaitaire, selon ses capacités financières et la pension de retraite qu’il souhaite se garantir. Il sélectionne le rythme de contribution qui lui convient -mensuel, trimestriel, semestriel ou annuel-. Il choisit également le régime fiscal adapté à sa situation professionnelle, de façon à ce que ses prestations de retraite soient imposables ou non. Dès que l’adhésion est finalisée, l’adhérent dispose d’un compte en ligne qui lui permet de gérer les modalités de son adhésion selon l’évolution de ses besoins : montant, date et fréquence des prélèvements. Il est avisé du prochain prélèvement à opérer et peut, s’il le souhaite, le modifier, le reporter ou l’annuler. A travers son compte, il va avoir un accès permanent à un simulateur et à son livret individuel qui lui permettront d’avoir de la visibilité sur la pension qu’il est en train de se constituer. En termes de prestations, à travers le produit Al Moustakbal de la CIMR, l’adhérent se garantit une pension de retraite mensuelle, payée à vie par la CIMR, revalorisée chaque année de manière à maintenir le niveau de vie du retraité. Au décès de ce dernier, la pension est reversée au conjoint ou aux orphelins mineurs, dans la limite de 50 % des droits du bénéficiaire principal. La CIMR a également prévu le versement d’un capital aux héritiers dans le cas du décès d’un participant sans réversion possible. Un versement exceptionnel équivalent à trois mois de pensions est versé aux héritiers du retraité à son décès. Pour résumer, Al Moustakbal se distingue particulièrement par son mode de fonctionnement qui offre beaucoup de flexibilité et de personnalisation ainsi qu’une grande autonomie et visibilité dans la préparation et la gestion de la retraite. Il permet en plus de bénéficier de toutes les prestations de la CIMR et surtout de la pérennité et du rendement de son régime.

Outre les professions libérales, d’autres professions sont-elles visées par ce produit ?

Al Moustakbal est ouvert à toute personne souhaitant se garantir un revenu de retraite à vie, et ce indépendamment de son statut professionnel. Toute personne ayant la capacité de contribuer, avec un minimum mensuel de 200 dh, peut adhérer à ce produit.

D’après les résultats de l’année 2017, les citoyens sont-ils intéressés par Al Moustakbal Individuel ?

2017 a été pour nous une année d’expérimentation puisque la plateforme d’adhésion n’a été lancée que le 26 décembre 2017. Nous avons malgré tout enregistré plus de 250 adhésions durant l’année. Depuis le lancement de la nouvelle plateforme, en près de 7 semaines, nous avons enregistré plus de 3 450 demandes de contact et d’information et plus de 200 adhésions, dont 13 % sont des professionnels de la santé.

Avec le nouveau régime CNSS de retraite obligatoire destiné aux professions libérales, y aurait-il toujours le même engouement pour « Al Moustakbal Individuel » ?

Vous le savez certainement, seuls 37 % de nos concitoyens bénéficient d’une couverture de retraite. Ce qui fait plus de 7 millions de marocains qui sont exposés à la précarité et la paupérisation une fois retraités. La mise en place d’un régime de retraite obligatoire pour les indépendants est donc une excellente chose dont il faut se féliciter. Toutefois, plus le revenu d’activité augmente, plus ce régime peut s’avérer insuffisant pour maintenir un niveau de vie à la retraite proche de celui de la période d’activité. En effet, s’agissant d’un régime de base obligatoire, l’assiette de cotisation sera faible (le plafond de la CNSS pour les salariés est de 6 000 DH) afin de permettre à tout le monde d’y souscrire. Ceci veut dire que la pension qui sera servie par ce régime sera limitée (4 200 DH/mois dans le régime des salariés pour 30 années de contribution). Par ailleurs, plus vous êtes âgés à la date d’entrée dans le régime, plus votre pension est faible à la sortie. Du coup, la cotisation à un régime complémentaire s’impose. Par ailleurs, le régime de base n’est pas encore opérationnel. Il faut du temps pour la concertation avec les ordres et autres corporations professionnelles en vue de définir les modalités de son fonctionnement. Les décrets doivent par la suite être promulgués. Or, en matière de retraite, le temps est un élément fondamental et il joue contre nous. Chaque période qui passe sans contribution est du temps perdu dans la constitution de sa retraite et le coût pour compenser cette période augmente avec l’âge. Ainsi, dès à présent, et même après la mise en place de la retraite de base, l’adhésion à Al Moustakbal est essentielle. Elle permettra à nos adhérents de se constituer la retraite qui leur convient et leur garantira le niveau de vie qu’ils souhaitent.

Pour une personne proche de la retraite, ce produit ne doit pas présenter beaucoup d’intérêt ?

Détrompez-vous, Al Moustakbal Individuel est très intéressant même pour les personnes proches de la retraite, voire qui ont déjà pris leur retraite. Bien entendu, on parle ici de quelqu’un qui s’est déjà constitué une épargne et qui se prépare à en vivre. Se pose à lui la question difficile de comment la gérer et comment la répartir dans le temps. S’il se décide à l’investir dans les instruments classiques, il va faire face à un risque important sans pour autant bénéficier d’un bon rendement. Ainsi, un investissement locatif va l’exposer au risque d’impayé et à celui de vacance du bien, avec un rendement net qui ne dépasse pas les 3 %. Vous connaissez les risques liés à l’investissement en bourse pour un rendement de dividende qui dépasse rarement les 3 %. Il en va de même pour les autres types d’investissements. Or, quand on est à la retraite, il faut essayer d’éviter tous les risques qui pèsent sur le revenu et minimiser la gestion. La retraite Al Moustakbal Individuel permet tout ça. Elle est garantie par la CIMR et procure le taux de rendement interne (TRI) le plus élevé du marché qui est de 6,21 % hors revalorisation des pensions. A ce titre, je conseille à vos lecteurs qui disposent d’un contrat de capitalisation de simuler la transformation de leur capital en pension sur le site de la CIMR. Je leur garantis une bonne surprise !

L’inconvénient d’un régime de retraite est qu’on ne laisse rien pour ses enfants. Qu’en pensez-vous ?

C’est une confusion que l’on fait souvent quand on ne fait pas la différence entre l’épargne qu’on se destine pour en vivre et celle que l’on veut laisser à sa famille. Quand cette question se pose, il faut être clair et identifier l’épargne que l’on destine à son revenu de retraite, qu’il vaut mieux mettre dans un régime de retraite tel que la CIMR pour être à l’abri du risque. Pour le reste, chacun est libre de l’investir comme il veut, quitte même à prendre quelques risques.

Quels conseils pourriez-vous donner aux professionnels du secteur médical pour bien préparer leur retraite ?

Les conseils, pour bien préparer sa retraite, s’appliquent aussi bien aux professionnels du secteur médical qu’à tous les autres professionnels ou particuliers. Il arrive que certaines personnes confondent retraite et investissement ou bien retraite et épargne. La retraite n’est pas une épargne comme les autres. Elle ne doit pas être accessible et doit être dédiée à la période de retraite. Sa gestion ne doit présenter aucun risque, l’objectif principal étant de se garantir un revenu à vie, régulier et sûr. Après toute une vie de travail, la retraite est un moment dont on veut profiter en disposant d’un revenu confortable et garanti. En général, on n’a ni l’envie ni l’énergie pour gérer des problèmes de loyers impayés, de terrains qui tardent à se vendre ou ne se vendent pas au prix souhaité ou encore de rendement d’actions à la baisse. Plus encore, si l’on dispose d’un capital, il faudrait le répartir sur les années à venir de manière à disposer d’un revenu régulier. Mais, personne ne sait combien d’années il lui reste à vivre. Ce qui rend l’équation un peu aventureuse. Préparer sa retraite avec la CIMR répond à ces deux difficultés. En effet, la CIMR garantit la permanence de la pension, quelle que soit la durée de vie. Autre point important que je voudrais partager avec vos lecteurs, celui de la nécessité de préparer sa retraite. J’entends par là qu’il faut se préoccuper de cette question dès qu’on démarre dans la vie active. Il faut commencer à cotiser tôt et cotiser suffisamment. Plus la cotisation est élevée et la durée est longue et plus la pension se rapprochera du dernier revenu d’activité et permettra d’éviter une baisse brutale du niveau de vie.

Par quel moyen les professionnels du secteur médical, peuvent-ils vous contacter pour avoir plus d’informations ou effectuer une adhésion ?

 

 Le plus simple reste encore de remplir une demande de contact sur notre site www.cimr.ma Nous avons mis en place une équipe dédiée à ce produit qui les rappellera pour répondre à toutes leurs questions.

Dans la même rubrique

Dr Najib AMGHAR

Dr Najib AMGHAR

  Président du Syndicat des néphrologues privés du Maroc

Afin de répondre aux attentes spécifiques des néphrologues issus du secteur p...

Lire la suite

Dr Ilham Slassi

Dr Ilham Slassi

  Professeur en neurologie

Enseignante en neurologie, le Pr Ilham Slassi a chapeauté le service et le département de neurologie au CHU Ibn...

Lire la suite

Jaâfar Rhissassi

Jaâfar Rhissassi

 Professeur agrégé en chirurgie cardiovasculaire

Professeur agrégé en chirurgie cardiovasculaire,le Dr Jaâfar Rhissassi est également s...

Lire la suite

Khalid Cheddadi

Khalid Cheddadi

Président Directeur Général de la CIMR

Avec l’adoption de son nouveau statut juridique de Société mutuelle de retraite, la Caisse inter...

Lire la suite

Dr Abdelhamid Nacer

Dr Abdelhamid Nacer

Président de la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM)

Pharmacien d’officine depuis 1988 à Khémisset, memb...

Lire la suite

Pierre Labbé

Pierre Labbé

 Pierre Labbé, directeur général de Maphar

Directeur général de Maphar depuis le partenariat conclu entre Eurapharma et Sanofi au mois d...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.