Interview

“ il faut rejeter la médiocrité et ne pas baisser les bras même quand les moyens ne sont pas là. ”

Présidente de la Société marocaine de cardiologie (SMC) depuis janvier 2014, le Pr Saadia Abir-Khalil a exercé de nombreuses années dans le secteur public avant de rejoindre le secteur libéral. Animée par la passion de son métier, elle s’investit, dans le cadre de la SMC, sur le terrain de la formation continue et de la prévention. Entretien.

“ l’hématologie n’est pas encore assez développée sur le territoire ”

Parti à la retraite au mois de février dernier, le Pr Saïd Benchekroun a dirigé le service d’hématologie du CHU de Casablanca pendant presque vingt années. Avec le Pr Noufissa Benchemsi, il a introduit l’hématologie clinique au Maroc et surmonté de nombreux écueils pour y parvenir. Sa méthode se résume en un mot : la passion.

il faut trouver un compromis entre une nécessité économique et une nécessité médicale

Président du Collège national des médecins gestionnaires, le Pr Jaâfar Heikel est également expert international en management sanitaire. Le modèle de l'ouverture du captital des cliniques aux non médecins tel qu'il est proposé n'est pas, selon lui, celui qui permettra d'améliorer l'accessibilité aux soins. Explications.

La veille technologique nous permettra de gagner en performance et en économie

Doté d'une nouvelle stratégie, l'Institut national d'hygiène compte aujourd'hui valoriser sont expertise et son expérience. Directeur de l'Institut depuis 2012, le Dr Mohamed Rhajaoui explique comment.

“ Le Maroc a la chance de bénéficier d’un programme de qualité dans le domaine de la lutte contre le cancer ”

L’Organisation mondiale de la santé et le Maroc entretiennent des relations de longue date. Ensemble, ils définissent tous les cinq ans une stratégie de coopération qui tient compte de priorités communes, appuyée par un programme budgétaire défini par biennie. Représentant de l'Organisation mondiale de la Santé au Maroc depuis le 1er décembre 2012, M. Yves Souteyrand fait le point sur cette coopération qui s’inscrit dans la continuité.

“ Les attentes de la population dépassent peut-être l'ambition du système de santé ”

A la tête de la Direction des hôpitaux et des soins ambulatoires depuis mai 2013, le Dr Ahmed Boudak a préalablement géré de nombreux dossiers au sein de cette division, dont celui de la couverture médicale de base. La mise en place de la réforme hospitalière, qui a conduit à la création de cette direction en 1995, est un travail de longue haleine encore à peine perceptible par les citoyens. Cet entretien offre l’occasion de dresser un bilan des actions menées.

“ Pour que l’Anam puisse se consacrer à son rôle de régulateur, elle ne peut pas être juge et partie. ”

Ingénieur statisticien et économiste de formation, Jilali Hazim a été nommé directeur général de l’Anam en octobre 2013, après avoir exercé plusieurs fonctions à responsabilité au sein du ministère de la Santé. « Repositionner les missions de l’Anam de manière stratégique pour qu’elle contribue à l’atteinte de l’objectif de la couverture universelle au Maroc », telle est désormais la vision de l’Anam. Explications.

“ au maroc, l'amp est réservée aux couples légalement mariés ”

Président fondateur de la Fédération marocaine de reproduction humaine, le Dr Mohammed Yacoubi a également présidé la société marocaine de fertilité et de contraception durant 22 années. Il parle, dans cette interview, de la pratique de l’assistance médicale à la procréation, une activité qui n’est pas nouvelle au Maroc mais qui évolue en l’absence d’un cadre réglementaire spécifique. Une loi devrait bientôt combler ce vide.

“ La biologie médicale ne représente que 6 % du coût des dépenses de santé, loin derrière les médicaments ”

Pharmacien biologiste, le Dr Saïf el Islam Slimani est président de la Chambre syndicale nationale des biologistes depuis 2008. Une profession qui ne demande qu’à s’organiser pour mieux se développer, freinée en cela par la désuétude de la loi 12-01 relative aux laboratoires privés d’analyses de biologie médicale. Entretien.

“ Nous mettons en garde les pouvoirs publics contre ce qui risque de se passer si la porte est grande ouverte ”

L’ouverture du capital des cliniques privées à des non médecins est un sujet qui anime les débats depuis de nombreux mois. Président de l’Association nationale des cliniques privées, le Pr Mohamed Benaguida insiste, dans cet entretien, sur les risques à ne pas occulter si un certain nombre de préalables ne sont pas instaurés.

“ Je ne vois pas le Maroc fermer la porte à l’homéopathie ”

Pharmacienne de formation, Michèle Boiron est convaincue que l'allopathie et l'homéopathie ont chacune leur place à l'officine. Elle sillonne de nombreux pays pour partager son expérience de l'exercice derrière un comptoir avec les pharmaciens.

“ Nous lançons un appel aux médecins qui voudraient s'engager ”

Infectiologue de formation, le Pr Hakima Himmich s’est investie dans la lutte contre le sida depuis la publication du premier cas au niveau international. Elle mène un double combat : contre la maladie, d’une part, et pour les droits humains, d’autre part.

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.