Dispositifs médicaux

Une réglementation qui peine à voir le jour

« Si les médicaments sont bien réglementés et leur circuit maîtrisé, il n’en est pas de même pour les dispositifs médicaux, pour lesquels plusieurs lacunes d’ordre réglementaire, technique et organisationnel sont encore à combler », a noté le Pr Jamal Taoufik, chef du département des sciences du médicament à l’université Mohammed V-Souissi de Rabat, lors de la 2e Journée consacrée aux dispositifs médicaux.

« Il existe bien une circulaire relative à l’enregistrement des dispositifs médicaux depuis 1997, mais malheureusement, elle n’a pas force de loi. Des produits non enregistrés sont encore commercialisés au Maroc et peuvent représenter un danger pour la santé de leurs utilisateurs », a-t-il expliqué durant cet événement organisé le 18 février dernier par le laboratoire de chimie thérapeutique, de pharmacie clinique et hospitalière de la faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat. La difficulté de contrôler la qualité des dispositifs médicaux disponibles sur le marché marocain est une autre problématique largement évoquée par les intervenants. « Selon le code marocain des marchés publics, il est interdit de demander des échantillons aux fournisseurs lors des appels d’offres relatifs aux dispositifs médicaux. Nous ne pouvons donc évaluer la qualité des produits demandés qu’à partir de catalogues et de documentations fournis par les entreprises qui les commercialisent.  Or, ces produits peuvent parfois se révéler de très mauvaise qualité lorsqu’ils sont utilisés, et constituer ainsi un danger pour les patients », a regretté le Pr Ahmed Bennana, chef du pôle pharmacie à l’hôpital militaire d’instruction Mohammed V de Rabat. Le marché marocain est en outre inondé  de produits dont l’origine et  la qualité ne sont pas contrôlées. Certains fabricants, notamment asiatiques, ont recours à des méthodes peu scrupuleuses pour dissimuler l’origine de leurs produits, ce qui peut poser un sérieux problème de traçabilité. « Des entreprises chinoises utilisent, par exemple, la mention « made in PRC » au lieu de « made in China » pour cacher l’origine de leurs produits et induire en erreur le consommateur. » Pour faire face à ces problématiques, le Pr Ahmed Bennana préconise de « renforcer l’arsenal juridique relatif aux dispositifs médicaux et instaurer un contrôle des produits proposés sur le marché marocain pour garantir leur sécurité ».

Doctinews N° 42 Mars 2012

Dans la même rubrique

JOURNÉES DE PRINTEMPS DE LA SMN

JOURNÉES DE PRINTEMPS DE LA SMN

La Société marocaine de neurologie (SMN), présidée par le Pr Mohammed Faouzi Belahsen, a organisé du 13 au 15 juin derniers ses journées de printe...

Lire la suite

Groupe Tecnimede

Groupe Tecnimede

20 ans de présence au Maroc

Le Groupe Tecnimede et sa filiale marocaine Atlas Pharm célèbrent cette année leur 20 ans de présence au Maro...

Lire la suite

Sages-femmes

Sages-femmes

« Notre quotidien n’est pas du tout rose »

A l’occasion de la journée mondiale de la sage-femme, l’Association nationale des sages-...

Lire la suite

3e édition « HER2 Innovations »

3e édition « HER2 Innovations »

Le point sur les thérapies ciblées anti-HER2

Les laboratoires Roche ont organisé la troisième édition du « HER2 Innovations », un évé...

Lire la suite

Système de santé

Système de santé

Thème d’une table ronde à l’ENCG

« Système de santé au Maroc : entre réalités et perspectives », tel a été le thème de la table...

Lire la suite

Vaccination

Vaccination

Impliquer davantage le secteur privé

vaccination, les sociétés savantes pédiatriques ont organisé une rencontre de sensibilisation à l...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.