Psychiatrie marocaine

Psychiatrie marocaine 01 mars 2018

Des acquis et des défis à relever

« La psychiatrie au Maroc : évolution et enjeux », tel a été le thème de l’événement organisé par les laboratoires Pharmaceutical Institute le 6 janvier dernier à Essaouira. Près de 150 psychiatres venus des quatre coins du Royaume ont pris part à cet événement grandiose qui leur a offert l’occasion de débattre de plusieurs thèmes ayant trait à la discipline.

 

travers l’organisation de cet événement d’envergure, les laboratoires Pharmaceutical Institute (PHI) ont voulu rassembler les psychiatres marocains autour de thématiques qui les intéressent. Cette manifestation a été par ailleurs l’occasion pour les laboratoires PHI de réitérer leur soutien aux psychiatres marocains dans leur quête d’excellence et leurs efforts visant à développer la psychiatrie au Maroc. Le programme de cette manifestation scientifique comportait plusieurs sessions consacrées à différents thèmes relevant de la discipline qui ont donné lieu à des débats interactifs très appréciés par les participants.

Des progrès considérables

Lors de cet événement entièrement dédié à la psychiatrie, les différents intervenants ont salué les progrès considérables réalisés par la psychiatrie marocaine. Ainsi, le nombre de psychiatres avoisine aujourd’hui les 400 et la capacité litière nationale totale est de 2193 lits psychiatriques. En outre, la compétence des psychiatres marocains est aujourd’hui reconnue à l’échelle internationale : certains psychiatres marocains sont membres d’instances scientifiques internationales prestigieuses et jouissent d’une renommée mondiale. Grâce à leur investissement et à leurs efforts continus, ils contribuent à améliorer la prise en charge des troubles mentaux au Maroc et à offrir des lendemains meilleurs aux patients. L’événement a aussi offert l’opportunité aux participants d’échanger autour des perspectives d’avenir de la psychiatrie marocaine et des nombreux défis qu’elle est appelée à relever, notamment ceux liés aux infrastructures de soins et aux ressources humaines. Les différents intervenants ont ainsi souligné l’importance de réorganiser l’offre de soins en psychiatrie par le développement en urgence de structures spécialisées, de doter chaque province d’un hôpital spécialisé et d’assurer un minimum essentiel en matière de structures de prise en charge dédiées à la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent.

Renforcer les infrastructures de base

Les spécialistes ont par ailleurs appelé à moderniser les hôpitaux et services existants par leur rénovation et leur mise à niveau selon les standards internationaux, à renforcer la formation de base et continue des professionnels de santé par la création de cursus de formation pour les différents intervenants en santé mentale et à augmenter le nombre de professionnels de santé dédiés à la santé mentale pour faire face à la demande croissante en soins psychiatriques. Les intervenants ont, en outre, insisté sur l’intérêt de sensibiliser le public aux problèmes de la santé mentale et de lutter contre la stigmatisation des malades en partenariat avec les ONG. Ceci passe par plus d’’ouverture sur la société et les autres spécialités médicales. Selon eux, il est temps que les soins psychiatriques quittent les murs de l’hôpital et que la prise en charge de la santé mentale soit organisée au cœur même de la ville. Ils ont indiqué aussi que la psychiatrie doit dorénavant être perçue comme une discipline au carrefour de toutes les spécialités, intriquée dans les soins de base et en lien permanent avec les autres spécialités.

Débat autour des textes de loi

Outre les progrès et les perspectives de la psychiatrie marocaine, les débats ont porté sur les textes de loi qui régissent la psychiatrie au Maroc lors d’une session dédiée. L’introduction à cette session a permis de dresser l’état des lieux en matière de textes de loi réglementant la pratique de la psychiatrie. Les intervenants ont retracé l’évolution et la genèse des différents textes de lois depuis la période du protectorat jusqu’à aujourd’hui et expliqué en détail leurs dispositions. Ils ont par la suite exposé le point de vue des secteurs privé et public sur le projet de loi 71-13 relatif à la prise en charge des personnes souffrant de troubles mentaux et à la protection de leurs droits. A ce propos, les spécialistes ont expliqué qu’une implication des associations des psychiatres et des familles des malades dans l’élaboration de cette loi aurait été souhaitable. Ils ont par ailleurs indiqué que ce texte de loi n’est ni dans l’intérêt du malade ni dans celui du praticien eu égard aux restrictions et sanctions qu’il prévoit. Les autres interventions ont exposé les différents amendements à la loi 71-13 proposés par les instances représentant les psychiatres qui visent notamment à supprimer certains termes inappropriés qui stigmatisent les malades mentaux et qui ne tiennent pas compte de l’évolution qu’a connue la psychiatrie.

Réhabilitation après hospitalisation

Il a été également question de la réhabilitation des patients après hospitalisation, une thématique qui a suscité l’intérêt des participants. Les différentes interventions ont mis la lumière sur l’expérience du Centre médico-psycho-social de Casablanca. Cette structure a pour mission d’établir le suivi clinique et les soins thérapeutiques les mieux adaptés pour permettre aux personnes en difficulté psychique et en perte de liens sociaux de redevenir autonomes et acteurs de leur vie le plus rapidement possible. Tout au long de ce processus, les équipes soignantes exerçant dans ce centre se mettent à l’écoute des dimensions psychique, sociale et somatique de chaque patient afin de tisser un lien positif qui vise la co-construction d’une relation thérapeutique. En étant engagé dans le processus, le patient joue un rôle actif tout au long du chemin qui mène à son rétablissement. Le processus de réhabilitation est par ailleurs basé sur un ensemble d’activités, notamment artistiques, qui favorisent l’épanouissement des patients (théâtre, mime, musique, ateliers d’écriture, de jardinage, apprentissage de l’autonomie…).

Hommage aux pionniers de la psychiatrie

A l’issue d’une journée riche en échanges et débats de qualité, les participants ont été conviés à une soirée grandiose durant laquelle les laboratoires PHI se sont associés aux psychiatres présents pour rendre hommage aux fondateurs de la psychiatrie marocaine. Prenant la parole à cette occasion, ces pionniers de la psychiatrie marocaine ont exprimé, non sans émotion, leur fierté d’avoir contribué à l’essor de cette discipline. Ils ont par ailleurs appelé la génération actuelle de psychiatres à redoubler d’efforts pour développer davantage la psychiatrie au Maroc et lui permettre d’occuper la place qu’elle mérite. Cette cérémonie a été aussi l’occasion de saluer l’action des laboratoires PHI qui ont toujours été avant-gardistes en lançant les premiers génériques des molécules innovantes destinées aux pathologies psychiatriques, jusque là peu accessibles de par leur prix. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de PHI de renforcer l’accès des patients marocains aux traitements les plus innovants et d’améliorer ainsi la prise en charge des pathologies psychiatriques.

 

Dans la même rubrique

Troubles d’apprentissage

Troubles d’apprentissage

Améliorer leur prise en charge

La Société marocaine des psychologues cliniciens (SMPC) a organisé le 30 juin dernier un séminaire dédié...

Lire la suite

Lutte contre le diabète

Lutte contre le diabète

Des experts en conclave à Rabat

Etalé sur trois jours, du 6 au 8 juillet derniers, le 7e Colloque international sur le diabète et la nutrit...

Lire la suite

Bioéthique

Bioéthique

Un colloque dédié à Rabat

Le Comité d’éthique de la recherche biomédicale de Casablanca a organisé du 7 au 8 juillet derniers le 4e c...

Lire la suite

Déficit en créatine

Déficit en créatine

Dans quels cas doit-on l’évoquer ?

La créatine est une molécule dérivée d’acides aminés produite par le corps humain et synthétisé...

Lire la suite

Congrès national de chirurgie

Congrès national de chirurgie

Débats autour de l’actualité de la spécialité

Le dernier congrès national de chirurgie, qui a été couplé au congrès maghrébin de c...

Lire la suite

Congrès international de kinésithérapie

Congrès international de kinésithérapie

Débats autour des déformations de la colonne vertébrale

L’Union marocaine des physio-kinésithérapeutes du secteur privé (UMPKSP) a org...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.