Déficit en créatine

Déficit en créatine 05 septembre 2018

Dans quels cas doit-on l’évoquer ?

La créatine est une molécule dérivée d’acides aminés produite par le corps humain et synthétisée au niveau du foie. Elle a été initialement découverte en 1832 et son rôle a commencé à être mis à jour à partir de 1847. Mais ce n’est qu’en 2001 que le déficit en créatine a été décrit.

 

a créatine permet de stocker de l’énergie au niveau des cellules cérébrales et des cellules musculaires. Elle est synthétisée par le foie grâce à deux enzymes, l’AGAT (arginine glycine amidine transférase) et la GAMT (guanidinoacétate méthyltarnsférase) et circule ensuite depuis le foie jusqu’au cerveau et aux muscles en passant par le sang grâce au transporteur de créatine (CRTR). Le déficit de la biosynthèse de la créatine, encore peu connu, résulte soit d’un déficit en AGAT ou en GAMT, ou encore d’une défaillance en CRTR.

Manifestations générales et spécifiques Les manifestations cérébrales d’un déficit en créatine englobent des difficultés intellectuelles modérées à sévères. Il affecte essentiellement la mémoire et les capacités de raisonnement et peut également être responsable de l’épilepsie. Lorsqu’il affecte les muscles, le déficit en créatine se manifeste soit par une fatigabilité, soit par une lenteur dans le mouvement, soit par un trouble de la marche sans paralysie. En fonction de l’origine du déficit, d’autres symptômes sont caractéristiques. Ainsi, lorsqu’il est lié à un déficit en AGAT, le patient présente un retard de langage et un comportement qui se rapproche de l’autisme. Le déficit en GAMT est caractérisé par un trouble de comportement proche de l’autisme et est également associé à une agressivité. Chez de nombreux patients, il est responsable de tremblements, d’une faiblesse musculaire ou encore d’une dystonie. Enfin, un déficit en CRTR entraîne plus spécifiquement un retard de langage lié à un problème de coordination motrice de la parole, une faiblesse musculaire et une constipation. Examen de référence Face à une suspicion de déficit en créatine, il est conseillé de procéder à un examen par IRM cérébrale associée à une spectroscopie.

Cette investigation permet de contrôler l’existence ou l’absence d’un pic de créatine. Il faut savoir en effet que le dosage biochimique peut révéler un taux normal en créatine lorsque le déficit est lié au transporteur. Lorsque l’origine du déficit est due à un déficit en AGAT ou en GAMT, un traitement par supplémentation en créatine sera proposé. Malheureusement, il n’existe à ce jour aucun traitement permettant de pallier le déficit en CRTR. Mais la recherche progresse.

 

Dans la même rubrique

Roche Nurse Training Day Neurology

Roche Nurse Training Day Neurology

Une édition couronnée de succès

Les laboratoires Roche ont organisé le 10 novembre dernier le Roche Nurse Training Day Neurology, un évé...

Lire la suite

Néphropathie diabétique

Néphropathie diabétique

Un défi de santé publique de dimension planétaire

L’atteinte rénale marque un tournant dans l’évolution du diabète et la néphropath...

Lire la suite

Dermatologie

Dermatologie

Des spécialistes en conclave à Dakhla

Les lasers en dermatologie a été le thème central du 5e Congrès de l’Amicale des dermatologues p...

Lire la suite

23e congrès national de cardiologie

23e congrès national de cardiologie

Un programme scientifique très riche

La Société marocaine de cardiologie a organisé, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed...

Lire la suite

Oncologie

Oncologie

Augmenter le financement des essais cliniques

Pour la première fois en Afrique, l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) et l'Associa...

Lire la suite

35e Congrès de la SMSM

35e Congrès de la SMSM

La formation médicale au cœur des débats

« La formation médicale initiale et la recherche médicale », tel a été le thème du 35e Cong...

Lire la suite

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.