L’acné de l’adolescent

L’acné de l’adolescent 26 septembre 2018

Mécanisme

L’acné de l’adolescent est essentiellement liée aux changements hormonaux qui caractérisent cette période, et plus particulièrement à la sécrétion des hormones androgènes qui stimulent la production de sébum et modifie sa composition. Cette production excessive associée à un épaississement de la couche cornée (hyperkératinisation) conduit à l’obstruction de l’orifice du follicule pilosébacé et à la formation de comédons ouverts (appelés classiquement points noirs) et de microkystes (appelés points blancs). Cette forme d’acné, dite rétentionnelle, peut évoluer en acné inflammatoire dès lors que la bactérie Propionibacterium acnes, naturellement présente dans le sébum, prolifère. Plusieurs types de lésions peuvent alors apparaître comme les papules (lésions rouges et douloureuses), les pustules (lésions rouges infectées en surface) ou les nodules qui correspondent à une infection qui progresse vers le derme.

 

Prise en charge

Seules les acnés légères à modérées peuvent être prises en charge à l’officine, prise en charge qui diffère selon le type de lésions.

Hyperséborrhée

Il existe des produits d’hygiène qui permettent de réguler la production de sébum tels que les actifs séborégulateurs ou les produits matifiants pour le lavage du visage matin et soir. L’hygiène du visage matin et soir est d’ailleurs essentielle en privilégiant des produits doux et non comédogènes. L’avantage de ces produits est qu’ils n’agressent pas l’épiderme mais dégagent en douceur les orifices des glandes sébacées. Une à deux fois par semaine, il est également conseillé d’utiliser un exfoliant à base de microbilles permettant d’éviter la formation des bouchons.

Acné rétentionnelle

En cas d’acné rétentionnelle, le traitement consiste en l’application le soir d’un soin kératorégulateur formulé à base d’AHA (alpha-hydroxyacides) ou de rétinol, ou encore un soin kératolytique à base d’acide salicylique. Il faut préalablement laver le visage et attendre environ 15 minutes avant l’application du produit.

Acné inflammatoire

Pour traiter l’acné inflammatoire, il est recommandé d’utiliser plusieurs actifs : anti-inflammatoire et anti-bactérien comme le peroxyde de benzoyle, l’érythromycine ou la clindamycine. Les soins traitants sont à associer avec les soins d’hygiène du visage.

Que conseiller aux patients ?

 

Respecter une hygiène rigoureuse de la peau ; 

Ne pas utiliser de savon ni de produits dont la teneur en alcool est supérieure à 30 % ; 

Eviter de manipuler les lésions ; 

Eviter l’exposition au soleil qui entraine une amélioration passagère avec une réapparition des lésions encore plus nombreuses quelque temps après l’exposition ;

Utiliser une protection solaire au cours des périodes ensoleillée ; 

Appliquer régulièrement le traitement préconisé pour obtenir un résultat.

 

Dans la même rubrique

Etat inflammatoire d’origine infectieuse

Etat inflammatoire d’origine infectieuse

Attention à l’Ibuprofène

L’ibuprofène est devenu actuellement la molécule de préférence pour le traitement symptomatique de la fièv...

Lire la suite

Les mycoses de la peau

Les mycoses de la peau

Mécanisme

Mécanisme Les mycoses de la peau résultent d’une contamination par des levures ou des dermatophytes dans la plupart des cas (Ca...

Lire la suite

Financement du système de santé

Financement du système de santé

Des insuffisances et des défis

« L’économie de la santé au Maroc : défis et perspectives d’avenir », tel a été le thème de la con...

Lire la suite

Infertilité

Infertilité

Améliorer l’accès des couples aux traitements

L’Association marocaine des aspirants à la maternité et à la paternité a organisé la ...

Lire la suite

L’acné de l’adolescent

L’acné de l’adolescent

Mécanisme

L’acné de l’adolescent est essentiellement liée aux changements hormonaux qui caractérisent cette période, et plus particul...

Lire la suite

Hypersensibilité à l’Allopurinol

Hypersensibilité à l’Allopurinol

Risque inutile dans les hyperuricémies asymptomatiques

Le Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc continue de recevoir des cas de...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.