SPACE 2018

SPACE 2018 17 octobre 2018

Des thèmes de pratique courante

« Evidence Meets Experience », tel a été le thème du Sun Pharma Academic Event 2018 (SPACE 2018), un événement organisé par les laboratoires SUN PHARMA les 8 et 9 septembre derniers à Marrakech. De nombreux médecins généralistes ont été conviés à cette manifestation scientifique qui a été animée par des experts marocains de renom.

Les thèmes programmés lors de cette édition touchaient à trois spécialités médicales, à savoir la gastroentérologie, la cardio-métabolique et la psychiatrie. Il a été ainsi question de la prescription des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) en pratique courante, du choix des statines chez les patients souffrant de dyslipidémies et de la prise en charge des troubles anxieux en médecine générale. Optant pour un mode d’échange interactif (les participants disposaient de boitiers électroniques qui leur permettaient de répondre aux questions des experts), le comité d’organisation a su créer une ambiance propice au débat scientifique qui a été appréciée par les participants.

Les bonnes statines pour le bon patient

Intervenant dans le cadre de la session dédiée à la prescription des statines, le Pr Hinde Iraqi, endocrinologue au CHU de Rabat, a présenté les différentes statines qui peuvent être utilisées dans la prise en charge des patients souffrant de dyslipidémies. Elle a notamment insisté sur l’importance d’opter pour les statines les plus adaptées au profil du patient en tenant compte de différents paramètres. « Face à un patient qui présente une dyslipidémie, et en fonction du pourcentage de baisse nécessaire pour atteindre l’objectif thérapeutique et du niveau cardiovasculaire du patient, nous pouvons proposer soit une simvastatine, qui est une statine de basse intensité, ou une rosuvastatine ou une atorvastatine, qui sont des statines de haute intensité et qui permettent de diminuer le LDL cholestérol d’une façon plus importante », a-t-elle expliqué. Elle a ajouté que la surveillance du patient après l’instauration du traitement est un élément important dans la réussite de la prise en charge.

Prescrire les IPP sans risque

Animée par le Pr Mohamed Tahiri Jouti, professeur de gastroentérologie au service de gastroentérologie du CHU de Casablanca, la session consacrée à la gastroentérologie a permis aux participants de mieux maitriser la prescription des IPP. Lors de son intervention, le Pr Jouti a notamment évoqué les différentes situations pour lesquelles un traitement par IPP peut être instauré sans recourir à une endoscopie et celles où une endoscopie est obligatoire avant de prescrire les IPP. « Pour une prise charge optimale du patient, le médecin doit maitriser les différents cas de figure relatifs à la prescription des IPP et tenir compte de plusieurs éléments avant d’instaurer un traitement IPP au long cours. Il est également très important de penser à éradiquer l’Helicobacter pylori avant d’envisager un traitement IPP au long cours », a-t-il souligné.

Poser le bon diagnostic des troubles anxieux

Intitulée « Les troubles anxieux en médecine générale », la troisième session a été animée par le Dr Youssef Mouhi, psychiatre - psychothérapeute et ex-directeur de l’Hôpital psychiatrique de Berrechid. Ce spécialiste a souligné les difficultés liées au diagnostic des troubles anxieux. « Bien souvent, les personnes souffrant de troubles anxieux éprouvent des difficultés à évoquer les symptômes psychiques de leur maladie ce qui peut compliquer le diagnostic. Un patient atteint d’un trouble de panique par exemple n’aura aucun mal à parler des palpitations cardiaques, de la gêne respiratoire ou du vertige, mais pourrait s’abstenir de rapporter les symptômes psychiques, notamment la sensation de perdre la raison inhérente à ce type de troubles. Ceci est dû aux tabous qui entourent les maladies psychiques en général dans notre culture. Il est donc très important pour le médecin généraliste d’être attentif aux mots utilisés par son patient pour exprimer sa souffrance afin de poser le bon diagnostic », a-t-il indiqué.

Dans la même rubrique

PHARMACOVIGILANCE

PHARMACOVIGILANCE

11e congrès national de la SMPV

La Société marocaine de pharmacovigilance (SMPV) organise son 11e Congrès national de pharmacov...

Lire la suite

L’insomnie

L’insomnie

Mécanisme

L’insomnie se définit par une insuffisance de sommeil, qu’il s’agisse de la quantité ou de la qualité du sommeil. Elle peu...

Lire la suite

Centre National de Pharmacovigilance

Centre National de Pharmacovigilance

Rapport d’activité 2017

La pharmacovigilance consiste à surveiller la sécurité d’emploi des médicaments et à prévenir les risques d...

Lire la suite

Les céphalées

Les céphalées

 Mécanisme

Les céphalées sont caractérisées par des maux de tête récurrents. Ces affections peuvent être de plusieurs types : la migr...

Lire la suite

Mpharma Day 2018

Mpharma Day 2018

Une édition sous le signe de la créativité

La ville de Skhirat a abrité la deuxième édition de l’événement pharmaceutique Mpharma Da...

Lire la suite

SPACE Cardiologie 2018

SPACE Cardiologie 2018

Débats autour des nouvelles recommandations

Les laboratoires SUN PHARMA, en partenariat avec la Société marocaine de cardiologie (SMC) et l...

Lire la suite

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.