Découvrez votre magazine doctinews en ligne

Les laboratoires du CHIS centralisés et restructurés

Depuis 2007, le Centre Hospitalier Ibn Sina de Rabat (CHIS) s’est engagé dans une démarche de réorganisation de ses laboratoires de biologie visant à centraliser toutes les disciplines dans un plateau situé au sein de l’établissement. Deux ans après le début de cette restructuration -qui a nécessité un budget colossal de 29 MDH-, les objectifs ont été atteints et d’autres champs d’amélioration sont en phase d’exploration.

Un CHU nouvelle génération

Pour mettre fin aux déséquilibres entre les différentes régions marocaines en termes d’offre de soins et de services de santé, le ministère de la Santé a lancé une nouvelle génération de CHU dont le premier est celui de Fès, les autres étant prévus à Oujda, Tanger et Agadir.

Un premier centre public dès 2012

Un grand pas vient d’être franchi dans le domaine de la santé reproductive. La décision d’ouvrir un premier centre public de procréation médicale assistée (PMA) montre que la prise en charge de l’infertilité, jusque-là apanage de la sphère privée, fait désormais partie des préoccupations des pouvoirs publics.

MG Maroc relève le challenge

Regroupant initialement des médecins généralistes du secteur privé,  le Collectif National des Médecins Généralistes du Maroc (MG Maroc) se veut un lieu d’échange et de confrontation des expériences dans l’optique de garantir au patient une prise en charge globale basée sur la multidisciplinarité et l’homogénéisation des pratiques médicales.

XIIe Congrès de l’ACPP

Devenu une tradition à perpétuer par l’Association Casablancaise des Pédiatres Privés (ACPP) depuis maintenant 12 ans, le congrès annuel de l’ACPP s’est tenu du 13 au 16 janvier 2011 à Casablanca, sous le patronage de Madame la ministre de la Santé et sous l’égide de l’Association des Pédiatres de langue française.

Le Centre National de Réhabilitation et de Neurosciences

Le Centre National de Réhabilitation et des Neurosciences (CNRNS), établissement d’envergure internationale ouvert en 2008, à Rabat et devenu pleinement opérationnel en septembre 2010, est le premier du genre en Afrique et dans le monde arabe dans le domaine de la prise en charge de maladies du système nerveux et pour la promotion de la recherche en neurosciences.

Des outils de dépistage, de diagnostic et de surveillance

Le diabète est une maladie endémique à l’échelle mondiale qui pose un problème de santé publique et sa prévalence au Maroc est de 6,6 %. Les complications du diabète sont dramatiques au niveau individuel. Première cause de dialyse rénale, d’amputation, de cécité acquise et cause majeure des pathologies cardiovasculaires, neurologiques et infectieuses, il engendre de fortes complications post-opératoires. Le dépister, le diagnostiquer et le surveiller permet, entre autres, de prévenir l’apparition de ces atteintes qui, une fois installées, sont majoritairement irréversibles

L’intérêt de la revascularisation «tout artériel»

La prise en charge de la pathologie coronarienne s’est nettement développée ces dernières décennies. la revascularisation chirurgicale est le traitement de choix. l’utilisation de greffons artériels améliore les résultats sans augmenter ni la morbidité ni la mortalité.

La transition dans les maladies chroniques

La transition correspond à la période de passage d’une prise en charge pédiatrique vers une prise en charge adulte pour de jeunes patients atteints de pathologies chroniques. Ce  processus doit être bien organisé et structuré afin d’éviter le risque de rupture du suivi médical et réduire celui des complications de la maladie chronique.

Vers l’utilisation de biomatériaux plus souples et pliables

Caractérisés par une grande diversité et destinés à un organe très sensible, les implants intraoculaires ont connu une grande évolution, particulièrement par les biomatériaux utilisés. Mieux les connaître permettra au pharmacien de mieux les gérer tant au niveau de l’approvisionnement qu’au niveau de la dispensation, afin de garantir un maximum d’efficacité et de sécurité pour le patient et pour le médecin.

Le rôle du médecin généraliste

Le rôle du médecin généraliste est primordial dans la prise en charge des ingestions de caustiques. Ce dernier doit adopter une démarche stéréotypée et méthodique tout en évitant certaines erreurs susceptibles d’assombrir le pronostic.

Une priorité pour les programmes nationaux

Désormais cité en exemple, le programme national de vaccination marocain n’a cessé de s’améliorer, élargissant ainsi la protection des enfants de tout le royaume. Parmi les dernières avancées, l’intégration du vaccin anti-pneumococcique 13-valent et du vaccin antirotavirus, jugée prioritaire selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.