Découvrez votre magazine doctinews en ligne

 LE RÔLE DÉTERMINANT DU PRATICIEN DANS LE SYSTÈME DE SANTÉ !

Les affections chroniques sont en progression croissante partout dans le monde. Le vieillissement de la population qui profite des progrès de la médecine s’en fait écho ! Ainsi, davantage de patients vivent plus longtemps avec des maladies chroniques pendant des décennies. Ces affections chroniques seront les principales causes d’incapacité dans les années à venir et leur contrôle permettra de stabiliser le gouffre des dépenses pour les systèmes de santé. Ainsi, d’ici 2020, les maladies chroniques seront responsables de 78 % de la charge de morbidité dans les pays en développement (1). L’Organisation mondiale de la santé propose d’ailleurs d’adopter une nouvelle définition des maladies chroniques énoncées en 2003 « problèmes de santé qui nécessite une prise en charge continue pendant des années, voire des décennies… ». Pour ces raisons, il est devenu indispensable de s’interroger sur la place et le rôle du praticien comme acteur principal dans le système de santé.

 

 QUELS EFFETS POSITIFS SUR LA SANTÉ GÉNÉRALE ?

Les corrections des malformations dento-squelettiques s’apprécient fortement au niveau de la santé générale lorsque les dysfonctions sont prises en compte et que la croissance dentofaciale s’harmonise. En effet, l’éducation des patients notamment à la respiration nasale permet, en parallèle du traitement mécanique, une amélioration du bien-être respiratoire et masticatoire, le redressement de la posture, une meilleure santé générale et psychologique, une meilleure qualité du sommeil, et elle a des répercussions positives sur la scolarité et les activités diurnes, ainsi que sur la prévention des maladies cardiovasculaires à long terme. Dans ce domaine, l’orthodontiste joue un rôle majeur dans le cadre d’une prise en charge pluridisciplinaire associant le pédiatre, le médecin ORL et même le posturologue.

UNE MÉDECINE D’AVENIR

La posturologie est une science multidisciplinaire qui s’intéresse aux pathologies fonctionnelles. Elle fait partie des neurosciences et de la neuro-ophtalmologie et agit sur le syndrome de déficience posturale.

 DES APPAREILS CONNECTÉS POUR AMÉLIORER L’OBSERVANCE

Les objets connectés sont en passe de révolutionner la prise en charge des pathologies du sommeil, et plus particulièrement du syndrome d'apnées du sommeil. Ils sont aujourd’hui utilisés avec succès dans le diagnostic et le suivi des personnes atteintes de ces pathologies.

RISQUES MAJORÉS EN ÉTÉ

Parce qu’ils sont à la base de la stabilité du corps humain, les pieds influent sur l’ensemble de celui-ci. La moindre altération, surtout lorsqu’elle est douloureuse, conduit à modifier les appuis et impacte donc toute la chaine qui relie les muscles aux tendons et aux articulations. Il est donc nécessaire d’accorder un soin aux pieds tout au long de l’année, et plus particulièrement en été, période au cours de laquelle le changement de chaussures et la hausse des températures aggravent les altérations existantes et en provoquent de nouvelles.

  LE DROIT À LA SURVIE EST UN DROIT FONDAMENTAL

Selon les estimations de l’Unicef, un peu plus de 395 000 bébés sont nés dans le monde le 1er janvier 2019. Au Maroc, l’organisation onusienne a estimé ce nombre de naissances à 1 879 nouveau-nés, avec une espérance de vie de 77 ans en moyenne. 

 L'ACCORD DE PARIS EST LE PLUS GRAND ACCORD DU SIÈCLE SUR LA SANTÉ

Si les objectifs de l’Accord de Paris étaient atteints, 1 million de vie pourraient être sauvées chaque année dans le monde d’ici à 2050 ! Telles sont les estimations d’un rapport présenté par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) à Katowice en Pologne (1). « Potentiellement, l’Accord de Paris est le plus grand accord du siècle sur la santé », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

LA TUBERCULOSE EST LA MALADIE LA PLUS MORTELLE

« C’est une journée historique dans la longue guerre contre la tuberculose », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 26 septembre dernier.

LES EFFETS BÉNÉFIQUES DES CONGÉS SONT DE COURTE DURÉE !

Au mois de septembre, et même dès la fin du mois d’août, le mot « rentrée » est sur toutes les lèvres. Rentrée scolaire qui précède la rentrée universitaire, rentrée politique, rentrée sociale, rentrée culturelle… de quoi oublier rapidement le répit de la période estivale, ponctuée de congés souvent bien mérités.

 LA CONSOMMATION DE DROGUES CONCERNE DES POPULATIONS DE PLUS EN PLUS JEUNES

Lorsqu’il est question de consommation de drogues, il est généralement fait référence aux jeunes adultes (18-25 ans) et aux adolescents.

73,5 % DES PERSONNES ÂGÉES RÉCLAMENT LA GRATUITÉ DES SOINS DE SANTÉ

Le 14 mai dernier, le ministère de la Santé a présenté les résultats de la 6e enquête nationale sur la population et la santé familiale 2017-2018. Des résultats positifs ont été mis en exergue, dont notamment la réduction de la mortalité infantile, de la mortalité néonatale ou encore de la mortalité maternelle.

UN DÉCALAGE ÉNORME SUBSISTE EN MATIÈRE D’ACCÈS AUX SOINS

transmissibles, comme le cancer, le diabète ou les cardiopathies sont désormais à l’origine de 70 % des décès. Elles sont de mieux en mieux comprises et les progrès de la recherche, couplés à la prévention, concourent également à l’augmentation de l’espérance de vie. Pourtant, un décalage énorme subsiste dans le monde en matière d’accès aux soins que l’OMS a tenu cette année à souligner à travers le message : « Engagez-vous pour la couverture santé universelle » diffusé à l’occasion de la journée mondiale de la santé.

Copyright © 2019 Doctinews.

All rights reserved.