L'hortitherapie a trouvé sa place dans plusieurs pays

Tout ce qui est bon pour la santé est bon à prendre, qui plus est lorsqu’il s’agit de pratiques accessibles et à la portée de tous ! 

Le ruban rose est devenu le symbole du cancer du sein

Si le nombre de cancers du sein augmente chaque année -à l’échelle mondiale, il est admis qu’une femme sur 9 en sera atteinte- le taux de mortalité est en diminution depuis plusieurs années. Les progrès de la médecine dans le domaine de la prise en charge, mais aussi et surtout les campagnes d’information et de sensibilisation sur le dépistage et le diagnostic précoces, en sont à l’origine.

Seul 1/5e des personnes âgées a une couverture sociale

Dès son arrivée au ministère de la Santé, le Pr El Houssaine Louardi a hissé la santé mentale au rang de la deuxième priorité du ministère. « Il suffit de visiter les hôpitaux psychiatriques pour se rendre compte que la santé mentale n’a jamais été une priorité des ministères depuis l’indépendance…. Mais je ne tolérerai plus, en tant que médecin, que nos compatriotes soient traités de la manière dont ils le sont », confiait-il lors d’une interview publiée en mars 2013 dans Doctinews.

Certaines pratiques moyenâgeuses ont la vie dure au maroc

Dès son arrivée au ministère de la Santé, le Pr El Houssaine Louardi a hissé la santé mentale au rang de la deuxième priorité du ministère. « Il suffit de visiter les hôpitaux psychiatriques pour se rendre compte que la santé mentale n’a jamais été une priorité des ministères depuis l’indépendance…. Mais je ne tolérerai plus, en tant que médecin, que nos compatriotes soient traités de la manière dont ils le sont », confiait-il lors d’une interview publiée en mars 2013 dans Doctinews.

le burn out n'épargne pas le personnel soignant

Reconnaître le burn out comme une maladie professionnelle est un sujet d’actualité en France ! Etat d’épuisement émotionnel, de déshumanisation de la relation à l’autre et de diminution des performances en réponse à un stress professionnel chronique, le burn out n’épargne aucune profession, y compris le personnel soignant. À tel point qu’en France, l’Union française pour une médecine libre déclarait en février 2014 que le burn out menacerait un médecin sur deux.

Un seul virus suffit à faire trembler la communauté internationale

La première greffe de rein réalisée avec succès dans le monde date de 1959. Celle du cœur de 1967 et celle du bloc cœur poumon de 1981. Plus récemment, en 2010, la première greffe totale du visage a permis à un patient atteint de neurofibromatose de voir sa vie transformée. Entre 2011 et 2014, trois mains bioniques contrôlables par la pensée ont été implantées sur des patients accidentés.

Plus question de parler à mots couverts de la légalisation de l’avortement

Enfin, un débat national sur l’avortement ! Après des années passées à se voiler la face sur les tragédies engendrées par la loi qui régit l’avortement et qui conduit de nombreuses femmes à se tourner vers l’avortement clandestin, le Maroc ouvre enfin les yeux.

L’allaitement maternel, une chance de survie

« Un nourrisson a quatorze fois plus de chances de mourir au cours des six premiers mois de sa vie s’il n’est pas allaité que s’il est nourri exclusivement au sein. Le lait maternel couvre totalement les besoins nutritionnels du nourrisson et représente l’un des meilleurs investissements qui soient dans la survie de l’enfant, puisque son coût réside essentiellement dans l’alimentation de la mère ».

La fin du mercure

Entre 1932 et 1968, une usine qui produisait de l’acide acétique a déversé des déchets liquides dans la baie de Minamata. Ces rejets, fortement concentrés en méthyle mercure, ont contaminé le poisson et les coquillages, principal moyen de subsistance des résidents locaux notamment.

Améliorer l’observance

Neuf milliards d’euros ! Voilà ce que la France pourrait économiser en améliorant l’observance sur six grandes pathologies chroniques selon une étude* menée par IMS Health et le CRIP (Cercle de réflexion de l’industrie pharmaceutique). Un calcul qui ne tient compte que de la complication la plus importante pour chaque pathologie, à savoir l’accident vasculaire cérébral pour l’hypertension artérielle, les maladies coronariennes pour le diabète de type 2, l’infarctus sévère du myocarde pour l’hypercholestérolémie, l’œdème pulmonaire pour l’insuffisance cardiaque, les fractures ostéoporotiques pour l’ostéoporose et l’état de mal asthmatique pour l’asthme.

Vieillir, oui, mais comment ?

L’espérance de vie continue d’augmenter dans le monde entier. Ainsi, en 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait atteindre 2 milliards, contre 841 millions actuellement. Voilà qui devrait être une bonne nouvelle ! Sauf que « les personnes de plus de 60 ans concentrent près d’un quart (23 %) de la mortalité et de la charge de morbidité mondiales », indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à l’occasion de la publication d’une grande série sur la santé et le vieillissement publiée dans « The Lancet », une situation qui va s’aggraver et se répercutera sur les patients, leurs familles, les systèmes de santé et les économies. Il faut donc réfléchir à des réformes profondes et fondamentales des systèmes de santé et d’aide sociale, préviennent les experts, tout en veillant à ne pas aggraver les inégalités au sein de cette population.

Les leçons d’Ebola

« Début décembre, on pourrait avoir de 5 000 à 10 000 nouveaux cas par semaine », à déclaré le Dr Bruce Aylward, directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la santé le 14 octobre dernier à propos de l’épidémie d’Ebola. De quoi secouer la communauté internationale qui, se croyant peut-être un peu trop à l’abri avant que l’apparition de quelques cas aux Etats-Unis ou en Espagne ne la déstabilise, n’avait pas jugé bon de réagir jusque-là !

Copyright © 2018 Doctinews.

All rights reserved.