PLASMA RICHE EN PLAQUETTES

PLASMA RICHE EN PLAQUETTES 10 décembre 2020

 DE LA PRÉPARATION À L’UTILISATION

D’abord utilisé en implantologie et en médecine du sport pour accélérer la cicatrisation et la réparation des tissus, le plasma riche en plaquettes a vu ses indications s’étendre à d’autres spécialités comme la chirurgie esthétique.

Doctinews N°137 Novembre 2020  

Par le Dr Yassamina RIBAG

chirurgien plasticien, professeur assistant en chirurgie plastique réparatrice et esthétique à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat. Service de chirurgie plastique et de stomatologie-Hôpital Militaire Mohamed V, Rabat


L ’injection de plasma riche en plaquettes (PRP) est une technique médicale qui a vu le jour en 1997. Surnommée « le vampire lift » aux Etats-Unis, elle est actuellement en vogue en médecine esthétique et est utilisée, entre autres, comme outil de rajeunissement.

QU’EST CE QUE LE PRP ?

Le PRP est un volume de plasma autologue obtenu par centrifugation d’une quantité de sang veineux du patient. Il contient une concentration au-dessus de la normale en plaquettes vivantes et non activées et est considéré comme une thérapie cellulaire proliférative.

QUE CONTIENT LE PRP ?

Il contient, notamment, du plasma et des plaquettes (4 à 7 fois la normale), des facteurs de croissance, des leucocytes, de l’albumine, des anticorps, du fibrinogène, de la transferrine, des lipoprotéines et des cytokines inflammatoires.

COMMENT AGIT LE PRP ?

L’activation des plaquettes entraine la libération des facteurs de croissance, qui sont la substance active du PRP. Ces facteurs de croissance ont pour rôle d’initier et d’accélérer la réparation et la régénération des tissus, et ce en stimulant les cellules souches et en favorisant la prolifération et la différenciation cellulaire ainsi que la production de collagène.

COMMENT OBTIENTON DU PRP ?

Il faut tout d’abord prélever sans aspiration du sang de la veine basilique au niveau de la face antérieure du coude, dans un tube spécial contenant un anticoagulant et, parfois, un gel séparateur. Les tubes contenant le sang sont ensuite placés dans une  centrifugeuse, ce qui va permettre de séparer les éléments du sang en fonction de leur gradient de gravité. La vitesse et le temps de centrifugation varient selon le protocole utilisé. Nous obtenons, ainsi, un tube avec 4 phases qui sont de bas en haut : les hématies, le gel séparateur, le plasma riche en plaquettes et le plasma pauvre en plaquettes (PPP). A l’aide d’une seringue stérile, le PRP est prélevé directement du tube et est réinjecté au niveau de la zone à traiter de façon perpendiculaire, légèrement inclinée. Le traitement est réalisé en ambulatoire, en 3 à 5 séances espacées d’un mois environ.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES INDICATIONS DU PRP ?

Le PRP est indiqué en complément ou dans le traitement de plusieurs lésions réparties sur plusieurs spécialités. Il est ainsi utilisé en orthopédie et médecine du sport (tendinopathies, arthrose, épicondylite latérale, adjuvant à la ligamentoplastie du LCA…), en chirurgie maxillo-faciale et implantologie (adjuvant dans les greffes osseuses, cicatrisation gingivale et parodontopathies, comblement du sinus maxillaire…), en chirurgie plastique (traitement des plaies chroniques, ulcère diabétique, adjuvant à la greffe adipocytaire ou à la greffe cutanée, cicatrisation et traitements des cicatrices, traitement des brulures…), en médecine esthétique (alopécie, traitements régénératifs et antiâge, rajeunissement intime…), en chirurgie cardiaque, en neurologie et dans d’autres spécialités médicales.

QUELLES SONT LES CONTREINDICATIONS À L’INJECTION DE PRP ?

Les contre-indications absolues sont le syndrome de dysfonctionnement plaquettaire, la thrombocytopénie critique, l’instabilité hémodynamique, les troubles de l’hémostase, une septicémie et une infection locale ou près du site d’injection, les patients sous anticoagulants et les maladies de système. Les contre-indications relatives sont, quant à elles, l’utilisation des AINS dans les 48 heures suivant la procédure, l’injection de corticostéroïdes au niveau du site de traitement dans un délai d'un mois, l’utilisation systémique des corticostéroïdes dans les 2 semaines, le tabagisme, la fièvre, le cancer, l’anémie, la thrombopénie ou une maladie récente. Eu égard à ses nombreuses indications dans différentes spécialités médicales, il apparait donc clairement que le PRP présente aujourd’hui un intérêt indéniable en médecine

 

Dans la même rubrique

FAIRE FACE AU STRESS PENDANT LA CRISE SANITAIRE LIÉE À LA COVID-19

FAIRE FACE AU STRESS PENDANT LA CRISE SANITAIRE LIÉE À LA COVID-19

 L'HYPNOSE, UN OUTIL TRÈS UTILE

Le contexte actuel de COVID-19 génère un stress majeur dans la population et la santé des citoyens, défi...

Lire la suite

PLASMA RICHE EN PLAQUETTES

PLASMA RICHE EN PLAQUETTES

 DE LA PRÉPARATION À L’UTILISATION

D’abord utilisé en implantologie et en médecine du sport pour accélérer la cicatrisation et la r...

Lire la suite

ANALGÉSIE LOCORÉGIONALE DANS LA CHIRURGIE DU SEIN

ANALGÉSIE LOCORÉGIONALE DANS LA CHIRURGIE DU SEIN

 OPTIMISER LA GESTION DE LA DOULEUR POST- OPÉRATOIRE 

L’analgésie locorégionale permet d’optimiser la prise en charg...

Lire la suite

COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE

COMMUNICATION THÉRAPEUTIQUE

SOIGNER SA COMMUNICATION POUR MIEUX SOIGNER SES PATIENTS

La communication thérapeutique oriente le patient vers une position d’acteur et de...

Lire la suite

Micronutrition

Micronutrition

 UNE DISCIPLINE EN PLEIN ESSOR

 La micronutrition est une discipline en plein essor. Son but est de « corriger » les carences en micronutr...

Lire la suite

ANESTHÉSIE SANS OPIOÏDES

ANESTHÉSIE SANS OPIOÏDES

Une nouvelle technique efficace

En réalité, l’anesthésie sans opioïdes (ou Opioid Free Anesthesia) existe déjà. Elle...

Lire la suite

Copyright © 2021 Doctinews.

All rights reserved.