Burn out !

le burn out n'épargne pas le personnel soignant

Reconnaître le burn out comme une maladie professionnelle est un sujet d’actualité en France ! Etat d’épuisement émotionnel, de déshumanisation de la relation à l’autre et de diminution des performances en réponse à un stress professionnel chronique, le burn out n’épargne aucune profession, y compris le personnel soignant. À tel point qu’en France, l’Union française pour une médecine libre déclarait en février 2014 que le burn out menacerait un médecin sur deux.

Ismail berrada

Directeur de publication et de la rédaction

Doctinews N°78 Juin 2015

Les quelques (trop rares) enquêtes menées au Maroc sur le sujet montrent que le risque est tout aussi présent. L’une d’entre elles a été réalisée en 2009 au sein des départements d’anesthésie-réanimation et des urgences au niveau des quatre centres hospitaliers universitaires du Maroc, dans le cadre d’une thèse (290 questionnaires exploités) (1). L’analyse des résultats a montré que le syndrome d’épuisement professionnel était retrouvé chez 69,65 % des soignants dont 38,62 % avec un niveau bas d’épuisement professionnel,  20,34 % un niveau modéré et 10,68 % un haut niveau. Une autre enquête analytique transversale et multicentrique a été réalisée entre 2009 et 2013 dans le cadre d’un mémoire (2), au sein des hôpitaux de la ville de Fès.

 le burn out n'épargne pas le personnel soignant

Elle a révélé une prévalence de 97,5 % avec une intensité importante chez 37,7 % des participants (158 questionnaires retenus). Pour le personnel soignant, les facteurs de stress sont nombreux : charge physique de travail, charge administrative, facteurs organisationnels, ambiance dans le travail, peur de l’erreur médicale, manque de valorisation, pression financière, sentiment d’isolement pour ceux qui exercent en cabinet, manque de temps à consacrer aux patients… auxquels s’ajoutent une évolution rapide des connaissances à assimiler, le développement des nouvelles technologies, l’exigence croissante des patients… et la difficulté qu’ont les médecins à demander de l’aide, à accepter de se faire soigner.
La spirale est infernale et finit par conduire à l’épuisement ! Or, pris à temps, à condition d’être attentif aux signaux d’alerte et de ne pas tomber dans le déni, le burn out -et ses conséquences douloureuses- peut être évité. Dans ce contexte, on ne saurait donner qu’un seul conseil : soyez vigilants et prenez soin de vous !

(1) « Le burn out en milieu de réanimation : enquête auprès des praticiens », thèse présentée en 2010 à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat
(2) « Le burn out en milieu hospitalier à la ville de Fès : enquête auprès des médecins » mémoire présenté en 2013 à la Faculté de médecine et de pharmacie de Fès

Dans la même rubrique

Copyright © 2020 Doctinews.

All rights reserved.