ENTRETIEN AVEC ALAIN BARRY

ENTRETIEN AVEC ALAIN BARRY 25 juin 2020

 DIRECTEUR GÉNÉRAL DES LABORATOIRES MSD MAROC 

L'IMPACT RÉEL DU VACCIN CONTRE L'HPV PEUT PERMETTRE DE RÉDUIRE SIGNIFICATIVEMENT LE FARDEAU DE LA MALADIE

 Doctinews N° 133 JUIN 2020

 Quelle place accordezvous à la recherche et développement en matière de vaccins ?

MSD est un acteur central du secteur pharmaceutique à l'échelle mondiale. Depuis sa création il y a plus d'un siècle, il a acquis une très grande expérience en matière de conception de vaccins et de traitements contre les maladies infectieuses. L'héritage de MSD dans le domaine de la vaccination inclut notamment le développement de vaccins contre la rougeole, le cancer du col de l'utérus, le rotavirus et, plus récemment, contre le virus Ebola. La recherche et développement permet à MSD de produire des vaccins en quantités suffisantes et dans de très bonnes conditions de sécurité. Au cours des dernières années, d'énormes investissements ont été réalisés pour augmenter la production afin de pérenniser l’approvisionnement en vaccins et répondre à la demande mondiale en la matière. Concernant le partenariat public/privé dans le domaine de la vaccination, il est important de noter que MSD collabore depuis plusieurs années avec l'Alliance GAVI, une organisation internationale prenant la forme d'un partenariat entre les secteurs public et privé et dont l'UNICEF est partenaire, afin d'assurer, d'une part, la disponibilité des vaccins contre le cancer du col de l'utérus et le rotavirus et, d'autre part, d'accompagner les pays dans la mise en œuvre et le renfoncement de leurs programmes d’immunisation.

Comment votre longue expérience dans la conception de vaccins peut-elle vous aider aujourd’hui à répondre aux défis de santé publique tels que le Covid-19 ?

En tant qu'acteur de la santé, MSD s'est engagé pleinement depuis l'apparition du Covid-19 à développer des réponses efficaces à la pandémie, en sachant pertinemment que la victoire dans la guerre contre le virus nécessitera une collaboration entre tous les pays du monde. Deux programmes de développement de vaccins contre le Covid-19 ont été initiés et dont l'annonce a été faite il y a quelques semaines ; la première repose sur une technologie qui a été utilisée dans le développement du vaccin contre le virus Ebola, le deuxième utilise une autre technologie basée sur le processus de la vaccination contre la rougeole. En plus des programmes de recherche sur les vaccins, MSD a initié un projet de recherche visant à mettre au point un traitement antiviral oral contre le Covid-19. Ainsi, les équipes scientifiques de MSD ont, depuis l'apparition des premiers cas de Covid-19, travaillé sans relâche pour contribuer à cette réponse globale et se préparer à ce type de pandémie dans le futur.

Y a t-il des nouveautés en matière de vaccins en cours de développement chez MSD ?

La vaccination représente l'un des plus grands succès de la santé publique. Chez MSD, nous accordons une très grande importance à ce volet de notre activité. Depuis plus de 100 ans, nous contribuons aux succès de la vaccination partout dans le monde. Notre engagement à trouver des solutions pour prévenir les maladies évitables par la vaccination demeure inébranlable. Dès le début de la pandémie du Covid-19, MSD s'est lancé dans la recherche de solutions qui permettront de lutter contre ce virus. Eu égard au besoin urgent, le développement d'un vaccin contre le Covid-19 est rapidement devenu une priorité absolue. En tant que leader mondial du vaccin, MSD possède une expertise et des capacités uniques qui lui permettent d'initier rapidement des programmes de conception de vaccins contre le Covid-19. Nous continuons également à progresser dans d'autres volets prioritaires, notamment l'immunothérapie en oncologie et dans d'autres types de vaccins utilisés dans d'autres domaines pour faire face aux menaces sanitaires.

Le vaccin anti-HPV est aujourd'hui un moyen efficace pour prévenir le cancer du col de l'utérus. Quels sont ses autres bénéfices ?

L'HPV est un virus qui peut entraîner des conséquences très graves sur la santé. Dans la majorité des cas, le virus disparaît tout seul, mais chez certaines personnes dont l'organisme n'a pas pu l'éliminer, il peut provoquer des cancers et d'autres maladies très graves. Par ailleurs, il n'existe aujourd'hui aucun moyen permettant de connaître si les personnes infectées pourront éliminer le virus ou pas. L'HPV peut provoquer les cancers du col de l'utérus, du vagin et de la vulve. Il peut également être à l'origine du cancer anal, du cancer de la tête et du cou et des verrues génitales. De ce fait, il constitue un véritable problème de santé publique auquel il faut s'attaquer collectivement. Ces dernières années, les preuves croissantes de l'impact réel de la vaccination contre l'HPV ont conduit les gouvernements, les donateurs, les institutions multilatérales et bilatérales et les organisations non gouvernementales à travers le monde à soutenir les programmes d'immunisation contre l'HPV, et particulièrement contre le cancer du col de l'utérus. Au Maroc, l’OMS et la Fondation Lalla Salma – Prévention et traitement des cancers ont tiré la sonnette d'alarme sur la progression de ce type de cancer. Le ministère de la Santé a, lui aussi, mis l'accent sur l'importance de combattre cette maladie très lourde. Il y a donc une vraie prise de conscience de l'importance de la vaccination dans la lutte contre le cancer du col de l'utérus dans la mesure où l'impact réel du vaccin contre l'HPV peut permettre de réduire significativement le fardeau de la maladie.

Nous savons aujourd'hui qu'avant de mettre sur le marché de nouveaux vaccins, les laboratoires pharmaceutiques doivent effectuer des essais cliniques d'envergure et sur plusieurs années pour s'assurer de leur efficacité et leur sécurité. Que pouvezvous nous dire sur la démarche de MSD en la matière ?

MSD dispose d'une longue expérience dans la fabrication de vaccins et de médicaments efficaces contre les maladies infectieuses. Nous accordons une importance particulière à la qualité et à la sécurité de nos vaccins et nos médicaments et nous avons des procédures de développement et de fabrication extrêmement rigoureuses qui respectent des principes et des référentiels globaux. Par ailleurs, nous respectons strictement les principes d’éthique et de protection des personnes qui participent aux essais cliniques. En plus des règlements internationaux, nous nous soumettons bien évidemment aux lois locales qui régissent les essais cliniques. En termes de réalisation des essais cliniques, ces derniers sont menés par des investigateurs dont les références scientifiques sont reconnues. De plus, nous mettons en place des mesures d'accompagnement dont un système de pharmacovigilance qui permet de détecter les éventuels effets secondaires des médicaments ou des vaccins et nous rendons compte régulièrement aux autorités locales et globales de tous les effets secondaires des médicaments ou des vaccins que nous commercialisons.

Comment comptez-vous accompagner les professionnels de santé marocains dans la lutte contre les maladies infectieuses ?

Notre priorité est d'assurer la disponibilité au Maroc des vaccins et des médicaments anti-infectieux, que ce soit les antibiotiques à usage hospitalier, les antirétroviraux ou les traitements contre le cancer tels que l'immunothérapie. Outre la mise à disposition des professionnels de santé marocains de ces médicaments et vaccins, nous contribuons à la recherche et à la formation médicale continue à travers la mise en place de programmes qui visent, notamment, à sensibiliser les professionnels de santé marocains à l'importance de l'utilisation rationnelle et justifiée des antibiotiques afin de limiter la propagation de l’antibiorésistance.

Dans la même rubrique

Copyright © 2020 Doctinews.

All rights reserved.