Télémédecine

Télémédecine 09 octobre 2019

OÙ EN EST LE MAROC ?

Encore peu répandue au Maroc, la télémédecine est une pratique médicale réalisée à distance en utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC), profitant aux patients vivant dans les zones les plus recluses et permettant de combattre les déserts médicaux. Pour mettre la lumière sur ce sujet, la Fondation Saham a organisé, le samedi 6 juillet 2019, un séminaire sur la télémédecine. Animé par différents experts du secteur de l’E-santé, ce symposium a couvert les aspects médicaux, juridiques et techniques de cette discipline.

 

Doctinews.Quel a été l’objectif de ce séminaire ?

Dr Zakia Soubhi.Le principal objectif de ce séminaire était le partage d’expérience Sud-Sud et Sud-Nord.Nous pensons à la Fondation Saham, que pour développer la télémédecine au Maroc il faut s’inspirer des modèles à notre portée tout en les adaptant à notre environnement socio-culturel.C’est une appréhension globale de la télémédecine et de ses sujets connexes, l’aspect juridique, moral, technique, digital etc… Ce séminaire a été riche en échanges et nous comptons multiplier ces agoras fondamentales pour la compréhension et la bonne mise en oeuvre de la télémédecine.Le défi que la Fondation Saham souhaite relever : utiliser la télémédecine comme levier d’inclusion et surtout contribuer au désenclavement sanitaire de notre pays.

Où en est le Maroc depuis la création de la Société marocaine de télémédecine (SMT), le 3 juin 2018 ?

Des expériences pilotes ont été réalisées à Anfgou, Azilal et Khenifra ainsi que des téléconsultations à partir de l'université Mohamed VI des Sciences de la Santé. D’un point de vue juridique, le Maroc suit l’exemple de la France où la télémédecine se décline en cinq catégories d’actes (la téléconsultation, la téléexpertise, la télésurveillance médicale, la téléassistance médicale et la régulation médicale). Ces cinq catégories d’actes sont autorisées en France par le décret du 19 octobre 2010. Cette législation a été reprise au Maroc à travers deux textes : Le Dahir n° 1-15-26 du 29 rabii II 1436 (19 février 2015) qui prévoit la possibilité de déployer sur le territoire marocain la pratique de la télémédecine. Cette loi a, dans un second temps, été complétée par un décret entré en vigueur en juin 2018 et qui prévoit les cinq actes de télémédecine.

Quels sont les enjeux futurs de la télémédecine pour le Maroc et pour l’Afrique ?

Les enjeux de la télémédecine au Maroc et en Afrique sont d'ordre économique et social et auront un impact sur l’accès au soin dans les régions les plus enclavées. A travers cette nouvelle approche, l'individu se sentira mieux considéré, valorisé et respecté. Il sera pris en charge de façon multidisciplinaire quelle que soit sa situation géographique ou matérielle. Le médecin sera à l'écoute de son patient de manière plus efficace et efficiente. Il s'agit là d'une valorisation de l'être humain et de sa santé. L’enjeu majeur de la télémédecine est qu’elle représente, au-delà d’un simple outil, une véritable révolution pour des pays comme le Maroc ou les pays d’Afrique subsaharienne qui souffrent d’une pénurie en ressources humaines et techniques, et où les déserts médicaux sont encore bien présents.

 

Dans la même rubrique

Copyright © 2020 Doctinews.

All rights reserved.