E-Corona

E-Corona 30 avril 2020

Un médecin chinois témoigne

organisé le samedi 21 mars 2020, le congrès a abordé plusieurs thématiques d’actualité autour du nouveau virus, COVID-19, à l’instar des données épidémiologiques actuelles, le rôle de chaque citoyen pour limiter la transmission, ainsi qu’une session animée par le ministère de la Santé et précisément par le Directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, M. Lyoubi. D’autres sujets phares ont également été à l’ordre du jour, tels que la prise en charge aux urgences, la prise en charge en réanimation, l’antibiothérapie chez le patient Covid-19…

Cet événement a réuni plus d’une trentaine de spécialistes marocains et étrangers, qui ont partagé leurs expériences et discuté de cas pratiques autour du nouveau coronavirus. Parmi les interventions phares, celle du Dr Fu Xiaoyun Guizhou, qui fait partie de l'équipe médicale de premiers soins de Hubei, a traité de la thématique « Expérience en Réanimation à Wuhan ». Son exposé a été très enrichissant au vue de l’expérience acquise dans la prise en charge de ce virus en Chine, premier pays touché par le nouveau coronavirus.

Un diagnostic basé sur la tomodensitométrie

Le Dr Fu Xiaoyun Guizhou a été le premier médecin au monde à avoir pratiqué une intubation sur un patient atteint du nouveau coronavirus. Il raconte avoir quitté sa ville, le 27 janvier dernier, pour se rendre à un hôpital situé dans la province de Hubei où se trouvaient plus de 400 patients atteints de pneumonie à coronavirus et plus de 50 patients atteints de pneumonie à coronavirus sévère, lorsque l'unité de soins intensifs ne disposait que de 10 lits. Relatant le protocole médical suivi, le Dr Guizhou a affirmé qu’ils se sont basés sur le « diagnostic et protocole de traitement d'une nouvelle pneumonie à coronavirus », selon la septième édition des recommandations de diagnostic et de traitement, publiée par la Commission nationale de la santé de Chine. Selon le médecin chinois, la tomodensitométrie (scan CT) fournit le meilleur diagnostic pour le nouveau coronavirus et doit donc être utilisée comme principal outil de dépistage. En ce qui concerne les manifestations cliniques, la période d'incubation du covid-19 est de 1 à 14 jours, mais dure la plupart du temps 3 à 7 jours. « Ceci étant, il peut y avoir des cas avec une période d’incubation de plus d’un mois »,avertit le médecin. Ajoutant : « la fièvre, la toux sèche et la fatigue sont les principaux symptômes ». Mais le Dr Guizhou rassure en précisant que la plupart des patients avaient un bon pronostic et seulement de rares cas étaient graves. Pour les femmes enceintes atteintes de coronavirus, l'évolution clinique est similaire à celle des patientes du même âge.

La prudence est de mise

Par ailleurs, le traitement antiviral pour un large spectre de patients reposait sur le lopinavir-ritonavir, ribavirin et la chloroquine. Le médecin émet néanmoins des réserves pour les cas graves, puisque l’efficacité de ce traitement n’a pas encore été fondée. Il prévient également sur les effets secondaires dudit traitement, à l’instar de l’hyperglycémie, les vomissements, la diarrhée et une fonction hépatique altérée. Pour minimiser ces effets, il conseille de ne pas dépasser 10 jours d’antibiothérapie. En ce qui concerne l’assistance respiratoire, le médecin recommande le recours à la ventilation mécanique invasive le plus tôt possible. Pour les cas présentant une insuffisance respiratoire aigüe, il faut pratiquer les manœuvres de recrutement alvéolaire. Si la ventilation en position couchée n’est pas suffisante, l’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) devra être utilisée promptement.

Un témoignage empreint d'émotion

Au-delà du partage de l’expertise du médecin, cet exposé était avant tout humain avec un témoignage empreint d’émotion : « Je travaille à Ezhou, dans la province du Hubei, depuis 2 mois et j'ai admis 29 patients gravement malades du coronavirus, parmi lesquels 16 sont décédés, 8 guéris et 5 sont toujours en soins intensifs. Parce que nous n’avions pas assez compris la maladie au début, nous avons toujours voulu faire quelque chose pour aider nos patients, mais cela n'a pas bien fonctionné pour quelques-uns. Et de nombreuses stratégies antivirales ont d’importants effets secondaires. Plusieurs fois, nous avions eu l'impression d'être dans le noir, de tâtonner, incapables de comprendre la nature de la maladie. Donc nous révisons constamment notre protocole, » révèle le Dr Guizhou.

À la question de savoir quel est le meilleur traitement possible contre le coronavirus, il a répondu avec tout le recul conféré par son expérience à l’hôpital de Hubei : « Dans le processus de traitement, le mieux que l’on puisse faire est d’agir en fonction de l’évolution individuelle de l’état de chaque patient. En fait, dans la pratique, ce dont nous avons le plus besoin, c'est de surmonter nos peurs intérieures. Et surtout, de ne pas faire d'erreurs médicales. » Sur un ton teinté d’abnégation, le Dr Guizhou a conclu en révélant que « les armes pour lutter contre le coronavirus sont l'honnêteté, le courage et la patience »

Dans la même rubrique

Copyright © 2020 Doctinews.

All rights reserved.