Prise en charge du cancer de la prostate à haut risque

Prise en charge du cancer de la prostate à haut risque 30 juillet 2020

Radiothérapie ou chirurgie ?

En collaboration avec les Laboratoires Astellas, l’Association Marocaine d’Onco-Urologie (AMOU) a organisé un webinar sur le thème de « La prise en charge du cancer de prostate à haut risque », le 3 juin dernier.

Le Pr Hassan Jouhadi, radiothérapeute au CHU Ibn Rochd de Casablanca, a entamé sa présentation sur la radiothérapie du cancer de la prostate localisé à haut risque. Pour lui, le choix du traitement le plus adapté se fait selon certains prérequis (âge du patient, comorbidités….). Mais ce qui importe le plus, c’est d’informer le patient honnêtement sur les possibilités de prise en charge. Dans les détails, le professeur a expliqué : « L’hormonothérapie donne d’excellents résultats carcinologiques. La radiothérapie du pelvis est un très bon choix et la radiothérapie hypofractionnée prend de plus en plus de place. La radiothérapie stéréo, quant à elle, est prometteuse mais nécessite encore des ajustements techniques. » Pour sa part, le Pr Hamid Fekak chirurgien Urologue et Président de l’AMOU, a détaillé la place de la prostatectomie dans le traitement du cancer de la prostate à haut risque. Il a, d’abord, tenu à préciser que la radiothérapie et la chirurgie sont complémentaires dans la prise en charge de cette maladie et qu’en l’absence d’études randomisées d’envergure, les résultats cancérologiques et fonctionnels de la prostatectomie sont superposables à ceux de la radiothérapie et ce, en termes de survie globale, spécifique et sans progression. À travers son exposé, le Pr Fekak a démontré l’intérêt de la prostatectomie en s’appuyant sur des séries comparatives récentes et des métas-analyses objectives. En outre, le Professeur a souligné que : « les progrès techniques actuels en matière de chirurgie permettent un meilleur contrôle des marges, un curage ganglionnaire extensif et moins de conséquences fonctionnelles, en particulier l’incontinence urinaire. » Enfin, quelle que soit la procédure de prise en charge , le spécialiste recommande que la décision soit discutée en RCP en tenant compte de l’espérance de vie, du statut fonctionnel, du souhait du patient et du coût thérapeutique.

Dans la même rubrique

Copyright © 2020 Doctinews.

All rights reserved.